04/08/2004

Les titres

Divers

Titre des prises en main et apprentissage de logiciels

 

 

MSN Messenger - Dialoguer en direct avec MSN Messenger

Ultimate Zip - Ultimate Zip (logiciel gratuit) Mode d’emploi

Acrobat Reader - Pdf995 - C'est quoi ?

Acrobat Reader - Comment rechercher un terme, comment imprimer une ou plusieurs pages d'un document PDF volumineux

DLL - Tout savoir sur les DLL ainsi que son origine

Eudora - Trucs et astuces pour Eudora

Google - Calculer dans Google

Google - Google vous espionne

Jargon informatique - Le guide anti jargon informatique

KazaA - Ne plus recevoir les messages d'autres utilisateurs

KazaA - Installer, utiliser et paramétrer KazaA

Mozillla - Mozilla Thunderbird (c'est quoi ?)

Messages d’erreur - Décrypter les messages d'erreur d’envoi d’email

Messages d’erreur - Décrypter les messages d'erreur d'Internet

Attaques sur le Web - Les principales attaques sur le Web

 

 



09:44 Écrit par clubinfo | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

27/07/2004

Dialoguer en direct avec MSN Messenger

Dialoguer en direct avec MSN Messenger

 

Moins connue que le mail, la messagerie instantanée, souvent appelée tchate, vous permet de dialoguer en direct sur Internet avec des amis, en échangeant des petits messages écrits. Mais elle offre également beaucoup plus, comme la conversation vocale, la visiophonie, l'échange de fichiers et même la prise de contrôle à distance de votre machine.

 

Si le courrier électronique est maintenant bien ancré dans les habitudes de chacun, ce n'est pas encore le cas de la messagerie instantanée. Pourtant, comme son nom l'indique, ce mode de communication permet à plusieurs personnes de dialoguer « en direct » via Internet, de « tchater » pour reprendre un terme souvent employé. La plupart du temps, il s'agit d'échanges écrits comparables aux mini-messages (SMS) du téléphone mobile.

 

Mais le tchate est beaucoup plus dynamique : les messages que vous écrivez et les réponses que vous recevez s'affichent les uns à la suite des autres dans une fenêtre, ce qui vous permet de suivre une conversation bien plus facilement que vous ne le feriez avec des SMS. Surtout, l'échange des messages est immédiat : si votre correspondant est en ligne, il pourra vous répondre tout de suite. Ainsi, la messagerie instantanée peut s'apparenter à une forme écrite du téléphone. Mais elle est moins intrusive : vous pouvez signaler à tout interlocuteur potentiel que vous ne souhaitez pas être dérangé, voire ignorer purement et simplement un message reçu.

 

Une différence notable distingue la messagerie classique (courriel) de la messagerie instantanée : le tchate est éphémère. Les messages qui vous sont envoyés ne restent sur votre ordinateur que le temps de votre connexion. Après extinction de votre ordinateur, ils sont perdus... à moins que vous configuriez le logiciel de tchate pour en conserver une trace. De fait, la messagerie instantanée se situe à mi-chemin entre le téléphone et le mail. Bonne nouvelle, le tchate est gratuit. Plusieurs outils permettent d'en profiter : AOL Instant Messenger (AIM), Yahoo Messenger, ICQ, ou encore Skype et Trillian (voir encadré ci-dessous).

 

Nous ne traiterons ici que de MSN Messenger (dans sa version 6.2) de Microsoft en raison de sa vaste diffusion et de ses nombreuses possibilités. Au-delà du simple échange de messages écrits, ce logiciel permet à plusieurs internautes de s'envoyer des fichiers tels que des photos numériques ou des morceaux de musique, mais aussi de se parler de vive voix avec un microphone et des haut-parleurs branchés sur le PC (comme avec un téléphone, mais gratuitement !), de se voir à l'aide de webcams (le vieux rêve du vidéophone), et même de partager un logiciel, de se faire assister à distance par un ami, de jouer en ligne et de griffonner à deux sur une page blanche virtuelle comme on le ferait sur la nappe en papier d'un restaurant.

 

En outre, MSN Messenger permet d'utiliser plusieurs de ces fonctions simultanément, mais pas à plus de deux intervenants à la fois. Pour tchater, il vous faut un ordinateur connecté à Internet (le haut-débit est préférable pour les longues conversations mais pas indispensable), un logiciel de messagerie instantanée et... des correspondants !

 

Attention, comme chaque logiciel - ou presque - exploite un réseau spécifique, vous devrez utiliser le même programme que vos connaissances pour dialoguer avec eux. Rassurez-vous, malgré sa très grande richesse, le tchate est très simple d'utilisation. A tel point que de nombreux adolescents s'en servent quotidiennement - et abondamment - pour communiquer avec leurs amis. Vous aussi, vous verrez : quand on y a goûté, il devient difficile de s'en passer !

 

Messageries instantanées : chacun son réseau

 

MSN Messenger n'est pas le seul logiciel de messagerie instantanée. Il y a aussi ICQ (littéralement « I seek you »  : je vous cherche), AIM (le service de messagerie instantanée d'AOL), Yahoo Messenger et Jabber. Mais chacun utilise son propre réseau, sauf ICQ et AIM qui partagent le même. Du coup, un utilisateur de MSN Messenger ne peut pas dialoguer avec un abonné d'AIM ou de Yahoo Messenger. Microsoft et AOL se disent prêts à envisager l'interopérabilité de leurs réseaux, mais aucune réalisation concrète n'a encore vu le jour.

 

Pour résoudre ce problème, il est possible d'utiliser les logiciels Trillian ( www.ceruleanstudios.com ), dont la version de base est gratuite, Odigo ( odigo.org ) ou encore Imici ( www.imici.com ), également gratuits. Seul regret, ces trois passerelles, qui se veulent universelles, proposent un service limité en général aux messages écrits. Seul Trillian supporte, en plus, le transfert de fichiers.

 

Pas seulement sur PC

 

MSN Messenger est également disponible sur Mac, Pocket PC et téléphone mobile fonctionnant sous Windows Mobile 2002 et 2003 (tel que le SPV commercialisé par Orange). Ces versions de Messenger n'offrent pas autant de fonctions que MSN Messenger 6.2 pour Windows XP mais elles permettent de dialoguer avec ses contacts tout en étant loin de son PC ou même en utilisant le Mac d'un ami. La version Mac de Messenger permet le transfert de fichiers mais pas les échanges vocaux ou vidéo. Elle limite aussi les conversations simultanées à cinq personnes.

 

Faire ses premiers pas avec la messagerie instantanée

 

Quelques minutes suffisent pour installer un logiciel de messagerie instantanée et commencer à dialoguer avec vos amis. Suivez nos conseils pour créer votre compte, configurer MSN Messenger, constituer une liste de contacts et taper vos premiers messages.

 

Ø      Etape 1 - Installez MSN Messenger

 

Si vous utilisez Windows XP, désactivez Windows Messenger. Cet outil de messagerie est beaucoup moins complet que MSN Messenger, et il présente une icône quasiment identique dans la Barre de lancement rapide de Windows, d'où des risques de confusion. Pour désactiver Windows Messenger, ouvrez le Panneau de configuration, cliquez deux fois sur Ajout/Suppression de programmes et activez Ajouter ou supprimer des composants Windows. Faites défiler la liste vers le bas et désélectionnez Windows Messenger.

 

Cliquez sur Suivant puis sur Terminer et enfin sur OK.

 

Contrairement à ce que suggère le nom des menus, Windows Messenger ne sera pas désinstallé, mais simplement désactivé. Il vous sera donc facile, au besoin, de le réactiver.

 

Ensuite, pour télécharger et installer MSN Messenger, connectez-vous au site messenger.msn.fr . Cliquez sur le bouton Téléchargez !, sur Ouvrir, puis sur Suivant. Sélectionnez J'accepte les conditions d'utilisation et la déclaration de confidentialité. Cliquez sur Suivant.

 

Désélectionnez les trois options du panneau. Cliquez sur Suivant, puis sur Terminer.

 

Ø      Etape 2 - Créez votre compte de messagerie instantanée

 

Pour utiliser MSN Messenger, vous avez besoin d'un identifiant et d'un mot de passe. Vous pouvez utiliser ceux associés à votre compte de messagerie Hotmail, si vous en avez un. Si vous n'en avez pas et ne souhaitez pas en créer, utilisez votre adresse de messagerie habituelle comme identifiant et choisissez un mot de passe pour créer un compte.Net Passport. Pour cela, connectez-vous au site messenger.msn.fr . Cliquez sur le lien Cliquez ici situé juste au-dessus du bouton Téléchargez ! Cliquez sur le lien Créez un compte.Net Passport.

 

Remplissez le formulaire conformément aux indications et cliquez sur J'accepte. Cliquez ensuite sur Continuer puis sur Fermer. Dans les minutes qui suivent, vous recevrez un courrier électronique de Microsoft.Net Passport. Cliquez sur le premier lien contenu dans le message pour valider votre inscription.

 

Ø      Etape 3 - Connectez-vous

 

Faites un clic du bouton droit sur l'icône de Messenger dans la Barre des tâches. Sélectionnez Ouvrir une session.

 

Tapez l'adresse e-mail de votre compte.Net Passport (ou MSN Hotmail) et votre mot de passe. Cochez la case Ouvrir ma session automatiquement et cliquez sur OK.

 

Ensuite, vous pourrez, à partir de n'importe quel ordinateur, dialoguer avec Messenger sous votre identité, en retrouvant la liste de vos contacts dès l'ouverture de la session.

 

Commencez par clore la session du précédent utilisateur du PC en effectuant un clic droit sur l'icône de Messenger dans la Barre des tâches et en sélectionnant Fermer la session. Ensuite, faites de nouveau un clic droit sur cette icône et sélectionnez Ouvrir une session. Tapez l'adresse mail de votre compte.Net Passport (ou MSN Hotmail) et votre mot de passe dans les champs prévus et cliquez sur OK.

 

Ø      Etape 4 - Définissez votre profil

 

Pour la messagerie, c'est votre adresse e-mail qui fait office d'identifiant (login) . Messenger vous permet de définir un surnom, modifiable à tout moment, sous lequel vous vous présenterez. Pour modifier votre surnom, double-cliquez sur l'icône de MSN Messenger dans la Barre des tâches. Déroulez le menu Outils, Options. Dans le champ Mon surnom, tapez le nom ou pseudonyme sous lequel vous souhaitez apparaître dans MSN Messenger et cliquez sur OK.

 

Dans l'écran suivant, vous pourrez préciser votre « profil », c'est-à-dire vos goûts, hobbies et centres d'intérêt. Ces informations permettront aux internautes qui partagent les mêmes passe-temps que vous de vous contacter.

 

Ø      Etape 5 - Constituez votre liste de contacts

 

Si vous voulez dialoguer avec une personne via Messenger, celle-ci doit d'abord remplir plusieurs conditions. Elle doit être connectée à Internet, disposer d'un compte.Net Passport ou d'une boîte de messagerie Hotmail, utiliser MSN Messenger et surtout, avoir ouvert une session MSN Messenger (on dit aussi « être en ligne » ). Enfin, votre interlocuteur doit figurer dans votre liste de contacts.

 

Il n'existe pas de fonction permettant d'automatiser l'importation de votre carnet d'adresses e-mail dans Messenger. Chaque ajout dans votre liste de contact devra donc être fait individuellement. Double-cliquez sur l'icône de MSN Messenger dans la Barre des tâches pour ouvrir sa fenêtre principale. Cliquez sur Ajouter un contact dans la zone Je veux....

 

Sélectionnez En entrant son adresse de messagerie ou son nom d'utilisateur.

 

Cliquez sur Suivant. Tapez l'adresse e-mail de votre correspondant dans le champ prévu et cliquez sur Suivant.

 

Si Messenger vous indique que l'adresse saisie ne correspond pas à un compte Passport, il peut y avoir trois explications : vous avez fait une erreur en saisissant l'adresse e-mail ; votre correspondant utilise une autre adresse e-mail pour Messenger ou, tout simplement, il n'utilise pas Messenger.

 

Dans tous les cas, Messenger vous propose d'envoyer un courrier électronique à votre correspondant (assurez-vous que l'adresse est valide). Cliquez sur Suivant. Tapez un message destiné à votre futur contact dans le champ Tapez votre message ici.

 

Cliquez sur Suivant puis sur Terminer.

 

Si le destinataire a choisi un faible niveau de confidentialité, Messenger l'ajoutera immédiatement à votre liste de contacts. Cliquez alors sur Terminer. Dans le cas inverse, Messenger vous proposera d'envoyer un message à votre contact pour qu'il vous permette de l'ajouter à votre liste.

 

Ø      Etape 6 - Retrouvez un ami ou un collègue

 

Messenger offre un accès direct à l'annuaire des utilisateurs enregistrés du service en ligne MSN de Microsoft. Avec un peu de chance, cela peut vous permettre de retrouver un ami éloigné ou un ancien collègue de travail pour entrer directement en contact avec lui. Seule condition : que cette personne ait défini un profil public accessible librement dans MSN.

 

Pour mener une recherche, ouvrez la fenêtre de Messenger et cliquez sur Rechercher un contact dans la zone Je veux. Le répertoire des utilisateurs de MSN apparaît alors dans une fenêtre d' Internet Explorer. Procédez à votre recherche en suivant les indications de l'Assistant.

 

Ø      Etape 7 - Elargissez le cercle de vos connaissances

 

De nombreux utilisateurs de MSN se présentent publiquement par un « profil » dans lequel ils indiquent leurs goûts et leurs centres d'intérêt. Vous pouvez effectuer une recherche parmi eux, en fonction de leurs centres d'intérêt, en passant par le répertoire de MSN. Pour y accéder, cliquez sur Rechercher un contact dans la zone Je veux de la fenêtre de Messenger : une page de recherche apparaît dans Internet Explorer. Cliquez sur le bouton Parcourir les profils par centres d'intérêt. Laissez-vous ensuite guider par le service.

 

Ø      Etape 8 - Faites-vous connaître

 

Vous-même pouvez donner aux autres utilisateurs de Messenger la possibilité de prendre contact avec vous, après avoir examiné vos goûts et centres d'intérêt. Pour cela, vous devez d'abord définir un profil. Cliquez sur Rechercher un contact dans la zone Je veux de la fenêtre de Messenger. La page de recherche d'utilisateurs du répertoire MSN apparaît alors dans Internet Explorer. Cliquez sur Mon profil. Choisissez un pseudonyme, appelé ici surnom MSN et cliquez sur Changer. Laissez-vous ensuite guider par l'Assistant.

 

Ø      Etape 9 - Commencez à dialoguer

 

Double-cliquez sur l'icône de MSN Messenger dans la Barre des tâches pour ouvrir sa fenêtre principale. Double-cliquez sur le nom du correspondant avec lequel vous voulez dialoguer. Seuls les noms que vous avez déjà ajoutés apparaissent dans la liste. Une fenêtre de conversation apparaît. Saisissez votre message sans effectuer de retour à la ligne puis cliquez sur Envoyer ou appuyez sur la touche Entrée.

 

Votre message est envoyé. Votre correspondant, s'il est en ligne, le recevra en quelques secondes. Messenger vous avertira dès que votre interlocuteur commencera à rédiger son message de réponse. Pendant ce temps, vous pouvez continuer d'écrire si vous le souhaitez. Mais pour suivre facilement le fil de la conversation, il est recommandé d'attendre que votre correspondant vous ait répondu, faute de quoi les échanges risquent de devenir très décousus ! Pour interrompre la discussion, cliquez simplement sur la case de fermeture de la fenêtre.

 

Affiner et personnaliser les réglages

 

Si l'utilisation basique de MSN Messenger est très simple, vous devez tout de même effectuer quelques petites manipulations afin de l'adapter à vos goûts et à la configuration de votre PC.

 

Ne vous laissez pas envahir à chaque lancement

 

Par défaut, Messenger ouvre, à chaque lancement, la page Web MSN Aujourd'hui dans le navigateur Internet Explorer. Pour éviter cette perte de temps, déroulez le menu Outils, Options dans la fenêtre principale du logiciel. Activez l'onglet Général. Invalidez l'option Afficher MSN Aujourd'hui lors de la connexion à Messenger et cliquez sur OK.

 

Lancez Messenger au démarrage du PC

 

Vous pouvez demander au logiciel de messagerie instantanée d'afficher vos contacts qui sont déjà en ligne dès l'allumage du PC. Pour cela, déroulez le menu Outils, Options. Activez l'onglet Général. Cochez les options Exécuter Messenger automatiquement à l'ouverture de ma session Windows, Ouvrir la fenêtre principale de Messenger lorsque celui-ci démarre et Ouvrir automatiquement une session une fois connecté à Internet . Cliquez sur OK.

 

Agrandissez la fenêtre de MSN

 

La fenêtre principale de Messenger présente des onglets qui permettent d'accéder à plusieurs services (actualités, téléchargement de sonneries et logos pour téléphone mobile, enchères, rencontres ou horoscope). Si vous ne les utilisez pas, cachez les onglets, vous agrandirez d'autant la fenêtre principale de MSN. Pour cela, déroulez le menu Outils, Options. Activez l'onglet Confidentialité. Cochez la case J'utilise un ordinateur en réseau : ne pas afficher mes onglets. Cliquez sur OK.

 

Affichez les photos de vos correspondants

 

Chaque message que vous recevez est précédé du nom de son auteur. Mais vous pouvez aussi faire apparaître son visage. Dans la fenêtre de dialogue, des espaces sont réservés à l'affichage des photos des interlocuteurs : votre correspondant en haut à droite ; et vous, en bas à droite. Tant que vous n'avez pas mis votre propre image, Messenger puise dans quelques échantillons graphiques pour pallier l'absence de cliché personnalisé.

 

Pour montrer votre visage à vos correspondants durant vos échanges, déroulez, dans la fenêtre principale de Messenger, le menu Outils, Options. Validez l'option Afficher ma photo et permettre aux autres utilisateurs de la voir. Cliquez sur Modifier l'image. Cliquez sur Parcourir. Sélectionnez une photo de vous - au format JPeg, BMP, Gif, ou PNG - et cliquez sur Ouvrir puis sur OK.

 

A tout moment, vous pouvez choisir une autre image en déroulant le menu Outils, Modifier ma photo de la fenêtre principale de Messenger. Pour afficher la photo que vous présentent vos correspondants, déroulez le menu Outils, Options. Validez l'option Afficher la photo de mes interlocuteurs dans la fenêtre de conversation. Cliquez sur OK.

 

Choisissez la police et la couleur du texte

 

Vous pouvez très facilement modifier la police, le style et la taille des caractères que vous utilisez pour l'affichage du texte, de façon à suivre plus facilement le fil de vos conversations. Pour cela, dans la fenêtre principale de Messenger, déroulez le menu Outils, Options et activez l'onglet Messages. Cliquez sur Modifier la police et choisissez la police qui servira à afficher, sur votre PC, les messages que vous envoyez.

 

Chez votre correspondant, ces changements seront visibles, à l'exception de la taille des caractères qui restera inchangée sur son PC. Choisissez toujours une police installée par défaut avec Windows, par exemple Arial. De cette façon, vous serez sûr qu'elle est disponible sur l'ordinateur de votre correspondant. Sinon, vous prenez le risque d'envoyer des messages illisibles par vos contacts. Votre choix fait, cliquez sur OK deux fois. En cours de conversation, vous pouvez modifier la police que vous utilisez en cliquant sur Police dans la fenêtre de conversation.

 

Insérez des icônes dans vos messages

 

Pour rendre vos messages plus vivants, ajoutez au texte des petits dessins : les émoticônes - ou smileys  - ils vous permettront d'égayer vos messages. Vous pouvez enrichir vos textes avec des « packs » préparés par MSN - mais payants à raison de 2 euros le pack de quelques dizaines de dessins - ou avec vos propres images. N'importe quelle illustration convient, à condition qu'elle soit au format BMP, GIF, JPeg ou PNG.

 

Pour ajouter un dessin, déroulez le menu Outils, Créer des émoticônes de la fenêtre principale de Messenger. Cliquez sur Ajouter. Cliquez sur Rechercher l'image. Sélectionnez votre dessin et cliquez sur Ouvrir. Dans le second champ de la fenêtre, tapez la suite de caractères que Messenger devra remplacer par votre nouvel émoticône. Dans le dernier champ, donnez un nom à cette animation. Cliquez sur OK deux fois. Dans chacune de vos conversations, vous pouvez utiliser vos émoticones personnels sans limitation : ils sont transférés et affichés automatiquement sur l'ordinateur de vos correspondants.

 

Paramétrez votre connexion à Internet

 

Pour n'échanger que des messages textes, MSN fonctionne avec tous les types de connexions à Internet, qu'il s'agisse d'une liaison simple, avec un modem branché sur votre ordinateur, ou d'une liaison indirecte par un réseau, via un routeur ou un modem-routeur. La situation se complique dès lors que vous voulez partager des fichiers, notamment quand vous utilisez un pare-feu. Si vous avez plusieurs ordinateurs connectés à Internet par le biais d'un ordinateur sous Windows XP avec la fonction de partage de connexion, vous devez autoriser les ordinateurs du réseau à contrôler ou désactiver la connexion partagée.

 

Pour cela, sur le PC fonctionnant sous Windows XP, déroulez le menu Démarrer, Paramètres, Panneau de configuration. Double-cliquez sur Connexions réseau. Cliquez avec le bouton droit de la souris sur la connexion partagée et sélectionnez Propriétés. Activez l'onglet Paramètres avancés. Validez l'option Autoriser d'autres utilisateurs du réseau à contrôler ou désactiver la connexion Internet partagée. Cliquez sur OK.

 

Si vous utilisez un autre pare-feu que celui intégré à Windows XP, veillez, en suivant les indications de son constructeur, à ouvrir en entrée et en sortie les ports TCP 1503, 1863, 3389 et 6891 à 6901 ainsi que, en entrée uniquement, les ports UDP 5004 à 65535. Si vous envisagez d'acheter un routeur, assurez-vous qu'il comporte la caractéristique UPnP (Universal Plug'n Play) : Messenger sera alors capable de lui demander d'ouvrir les ports de communication dont il a besoin. Si vous disposez déjà d'un routeur non UPnP, vérifiez, auprès de son constructeur la disponibilité d'une mise à jour ajoutant cette fonction. Si vous utilisez le pare-feu de Windows XP, vous n'aurez aucun problème car il est compatible.

 

Dialoguez comme au téléphone

 

MSN Messenger ne vous permet pas seulement d'échanger des messages par écrit ; si vous avez un microphone et des enceintes ou un casque audio, vous pouvez aussi l'utiliser pour parler en direct à un correspondant, comme au téléphone. Un mode de communication convivial et très économique, surtout si votre correspondant habite loin ! Mais, avant de démarrer, il vous faudra ajuster correctement le microphone connecté à votre ordinateur.

 

Dans la fenêtre principale de Messenger, déroulez le menu Outils, Ajustement des paramètres audio et vidéo. Comme vous le demande l'Assistant, fermez les logiciels diffusant ou enregistrant du son ou de la vidéo et vérifiez le branchement de votre microphone. Cliquez sur Suivant. Si vous avez une webcam, procédez à son réglage selon les indications de l'encadré ci-dessous. Sinon, placez le microphone à 8 à 10 cm de votre bouche, vers vous, à l'opposé de vos haut-parleurs, sauf si votre micro est intégré à une webcam ou à un ordinateur portable. Cliquez sur Suivant. Déroulez la liste Microphone pour sélectionner le vôtre.

 

Dans la plupart des cas, c'est le nom de votre carte son (ou du circuit audio de la carte mère de votre PC) qui apparaît. C'est normal : votre micro est connecté à leur entrée microphone. Il en va de même pour les indications de la liste Haut-parleurs. Si vous utilisez un casque, cochez l'option correspondante. Cliquez sur Suivant puis sur Cliquer pour tester les haut-parleurs. Faites glisser le curseur de gauche vers la droite jusqu'à obtenir le volume sonore qui vous convient. Cliquez sur Suivant. Parlez à voix haute dans votre microphone et approchez-le de votre bouche jusqu'à ce que l'indicateur de niveau affiche des rectangles jaunes. Le gain du microphone est ajusté automatiquement pour éviter une saturation liée à une amplification trop importante du son de votre voix. Cliquez sur Suivant puis sur Terminer.

 

Passez au visiophone

 

Si vous avez une webcam connectée à votre PC, vous avez tout intérêt à l'utiliser avec MSN Messenger ; vous pourrez ainsi dialoguer avec un correspondant en vous voyant mutuellement, tout en parlant et en vous envoyant des messages écrits ! Pour cela, vous devez commencer par régler le contraste et la luminosité en fonction de la lumière ambiante. Dans la fenêtre principale de Messenger, déroulez le menu Outils, Paramètres de la webcam. Les réglages dont vous disposez dépendent du pilote fourni par le constructeur de votre webcam. Référez-vous à son mode d'emploi pour ajuster au mieux les réglages.

 

S'il est disponible (c'est le cas des caméras Logitech), activez le mode de réglage automatique des propriétés de l'image : cela vous évitera de modifier les paramètres en fonction de l'heure de la journée, de la source de lumière ambiante, etc. Une fois les réglages terminés, cliquez sur Fermer. Déroulez le menu Outils, Options de la fenêtre principale de Messenger. Activez l'option Indiquer aux autres utilisateurs que je dispose d'une webcam. Cliquez sur OK.

 

Garder le contact

 

Vous prenez goût à MSN Messenger ? Prenez le temps de le configurer en créant des groupes de contacts, en organisant des discussions à plusieurs et en conservant une trace de vos échanges. Mais ne sacrifiez pas pour autant votre intimité et votre tranquillité !

 

Organisez vos contacts par groupes

 

Si vous dialoguez souvent avec les mêmes personnes, vous avez tout intérêt à les regrouper de façon à les contacter toutes simultanément. Vous pourrez alors ouvrir ou fermer un groupe de contacts en cliquant sur l'icône représentant une bulle avec deux chevrons situés à gauche de son nom, dans la fenêtre principale de Messenger. Quand le groupe est fermé, seul son nom apparaît, suivi du nombre de ses membres qui sont actuellement connectés (rapporté au nombre total) ; quand le groupe est ouvert, les mêmes informations sont affichées avec, en plus, la liste de tous les contacts du groupe.

 

Pour créer un groupe de contacts, déroulez, dans la fenêtre principale de Messenger, le menu Contacts, Gérer mes groupes de contacts, Créer un nouveau groupe. Le nouveau groupe apparaît aussitôt dans la liste. Donnez-lui le nom de votre choix. Pour cela, faites un clic droit sur le groupe et choisissez Renommer le groupe. L'ajout de contacts au sein d'un groupe ou le transfert de contacts entre groupes s'effectue ensuite très simplement (il suffit, dans ce dernier cas, de cliquer-glisser le nom du contact). Pour envoyer un message à tous les membres d'un groupe, faites un clic droit sur ce groupe et choisissez Envoyer un message instantané à ce groupe.

 

Tenez à distance les indésirables

 

Toute personne avec qui vous dialoguez, même une seule fois, peut vous ajouter à sa propre liste de contacts. Elle peut alors vous interpeller constamment, sans même vous en demander la permission, puisque vous figurez dans sa liste. Pour vous prémunir contre ce type d'intrusion, commencez par recenser les listes dans lesquelles vous figurez. Déroulez le menu Outils, Options de la fenêtre principale de Messenger. Activez l'onglet Confidentialité. Cliquez sur le bouton Afficher. La liste de ceux qui vous ont enregistré comme contact apparaît à l'écran. Après l'avoir consulté, cliquez sur Fermer.

 

Si vous souhaitez « bannir » une personne, c'est-à-dire lui interdire d'entrer en contact avec vous sans votre autorisation, cherchez son nom dans la liste de gauche, baptisée Ma liste verte. Sélectionnez-le et cliquez sur Bloquer. Il passera dans la catégorie Ma liste rouge. Cliquez sur OK. On ne vous importunera plus.

 

Indiquez que vous n'êtes pas disponible

 

Recevoir des messages instantanés à n'importe quel moment peut être pratique et même agréable. Mais vous pouvez parfois souhaiter ne pas être dérangé. Dans ce cas, prévenez vos contacts que vous n'êtes pas disponible. Pour cela, dans la fenêtre principale de Messenger, cliquez sur votre nom ou pseudonyme. Un menu local apparaît. Sélectionnez Occupé(e), Au téléphone ou Absent(e) pour informer vos contacts que vous ne souhaitez pas être dérangé. Ces trois options sont identiques : la seule différence réside dans le message qui sera affiché chez votre correspondant lorsqu'il tentera de vous joindre. Par ailleurs, elles se contentent d'informer vos contacts ; ces derniers pouvant toujours vous envoyer des messages.

 

Pour bloquer toute communication, vous devez dérouler le menu Fichier, Fermer la session. Vous apparaîtrez alors, chez vos contacts, avec le statut « Hors ligne ». Enfin, si vous vous absentez souvent, demandez à Messenger de basculer automatiquement en mode « Absent » après un certain délai sans mouvement de la souris ni frappe au clavier. Déroulez le menu Outils, Options de la fenêtre principale de Messenger. Validez l'option Afficher le statut « Absent(e) » après 5 minutes d'inactivité en modifiant au besoin la durée indiquée, puis cliquez sur OK.

 

Faites-vous prévenir quand un contact se connecte

 

Vous voulez envoyer un message à un correspondant donné, mais ce dernier n'est pas en ligne. Observez la fenêtre principale de Messenger : à côté du nom de votre contact, figurent une petite icône et un texte explicatif qui en indiquent le statut ( Hors ligne, Absent, En ligne, etc.). Guettez sa connexion ! Vous avez autre chose à faire que de scruter l'interface de Messenger ? Vous pouvez être prévenu de la connexion d'un de vos contacts même si Messenger est réduit à une icône dans la Barre des tâches de Windows.

 

Pour cela, déroulez le menu Outils, Options. Activez l'onglet Général et cochez l'option Afficher une alerte lorsqu'un de mes contacts de connecte. Activez également l'option Afficher une alerte lorsque je reçois un message afin qu'une petite fenêtre vous signale l'arrivée de tout nouveau message. Enfin, pour associer une alerte sonore aux alertes visuelles, cochez l'option Emettre un signal sonore lorsqu'un contact se connecte ou m'envoie un message. Cliquez sur OK.

 

Protégez votre intimité

 

La messagerie instantanée, comme le mail classique, est la cible des spammeurs. Pour interdire toute intrusion, déroulez le menu Outils, Options de la fenêtre principale de Messenger. Activez l'onglet Confidentialité. Validez l'option Autoriser seulement les contacts de ma liste verte à voir mon statut et à m'envoyer des messages. Cliquez sur OK.

 

Désormais, aucun internaute ne pourra vous envoyer de message instantané sans que vous lui en ayez donné l'autorisation. Pour éviter d'être dérangé de manière intempestive, pendant que vous jouez en réseau par exemple, vous pouvez bloquer les messages. Pour cela, déroulez le menu Outils, Options. Cochez la case Afficher le statut « Occupé(e) » et bloquer mes alertes lorsque j'exécute une application en plein écran, telle qu'une présentation de diapositives. Cliquez sur OK.

 

Conservez une trace de vos échanges

 

Normalement, les messages que vous échangez avec vos correspondants sont perdus quand vous fermez votre session Messenger. Il est toutefois possible de conserver une trace de vos échanges pour archiver une conversation importante ou surveiller les fréquentations de vos enfants, par exemple. Toutes les conversations seront conservées dans un même fichier. Déroulez le menu Outils, Options de la fenêtre principale de Messenger. Activez l'onglet Messages. Cochez l'option Conserver automatiquement un historique de mes conversations. Par défaut, Messenger enregistre l'historique dans le dossier Mes fichiers reçus, lui-même placé dans le dossier Mes documents. Pour changer cet emplacement, cliquez sur Modifier. Choisissez le dossier de votre choix, cliquez sur OK, et encore sur OK.

 

Pour ensuite consulter la liste de vos conversations, déroulez le menu Fichier, Afficher l'historique des conversations, puis cliquez deux fois sur le nom d'un interlocuteur. Une fenêtre s'ouvre et présente les messages reçus et envoyés, classés par ordre chronologique. Des boutons placés en haut de la fenêtre vous permettent de rechercher un mot particulier, de vider l'historique, etc. Pour fermer l'historique, cliquez sur Revenir à Messenger.

 

Discutez à plusieurs

 

Dans MSN Messenger, vous pouvez engager des conversations avec plusieurs interlocuteurs simultanément. Très pratique, par exemple, pour organiser un événement avec des amis ou des parents. Commencez par dérouler le menu Actions, Envoyer un message instantané de la fenêtre principale de Messenger. Maintenez la touche Ctrl enfoncée et cliquez sur les noms des personnes et/ou des groupes que vous souhaitez convier à la conversation. Cliquez sur OK. Toutes les personnes et membres des groupes sélectionnés apparaissent dans le cadre en haut à droite de la fenêtre de conversation.

 

Suggérez aux participants d'adopter chacun une couleur de caractères (ou une police) différente. De cette façon, vous pourrez facilement identifier l'auteur de chaque commentaire. En cours de conversation, vous pouvez à tout moment inviter d'autres personnes à se joindre à vous. Pour cela, cliquez sur le bouton Inviter de la fenêtre de conversation. Sélectionnez les personnes ou groupes supplémentaires à convier à la conversation et cliquez sur OK.

 

Partager plus que du texte

 

Au-delà de l'échange de petits messages de texte, MSN Messenger permet à deux correspondants de partager des fichiers et de s'aider mais aussi de se parler et de se voir !

 

Griffonnez ensemble sur un tableau blanc virtuel

 

Il est parfois pratique, au cours d'une conversation, de faire un dessin pour illustrer un problème ou une situation. C'est l'objet de la fonction de tableau blanc : un espace partagé sur lequel vous pouvez griffonner à deux comme vous le feriez sur la nappe en papier d'un restaurant. Même si vous n'avez pas engagé de conversation, vous pouvez activer la fonction Tableau blanc en déroulant le menu Actions de la fenêtre principale de Messenger puis en optant pour Démarrer le tableau blanc.

 

Sélectionnez ensuite le nom du contact avec lequel vous voulez partager le tableau blanc et cliquez sur OK. Votre correspondant est alors invité à cliquer sur Accepter pour lancer l'outil. Si vous êtes en cours de conversation, cliquez sur le bouton en haut à droite de la fenêtre de conversation (un triangle pointant vers le bas) et sélectionnez Démarrer le tableau blanc.

 

Le tableau blanc s'utilise de la même manière que l'accessoire Paint de Windows dont il reprend les principales fonctions. A une nuance près : quand vous cliquez sur le bouton représentant une feuille avec le symbole + en bas à droite de la fenêtre, vous pouvez ajouter une feuille au tableau blanc. Pour naviguer entre les pages, cliquez sur les flèches gauche et droite en bas à droite de la fenêtre. Sur chaque PC, vous pouvez enregistrer les dessins réalisés sur le tableau blanc en tapant Ctrl + S.

 

Mais attention : les fichiers ainsi produits ne sont pas exploitables avec d'autres programmes ! Pour les récupérer dans Paint ou tout autre logiciel de dessin, sélectionnez l'intégralité du dessin dans le tableau blanc (Ctrl + A), copiez-le (Ctrl + C) et, enfin, collez-le (Ctrl + V) dans votre logiciel de dessin habituel. Pour terminer le travail sur le tableau blanc, fermez la fenêtre. Toutefois, la session de partage reste ouverte tant que vous n'avez pas cliqué sur le bouton Fermer de la fenêtre Session de partage.

 

Communiquez en vidéo

 

Vous connaissez le concept du « vidéophone » ? Il s'agit de ce vieux rêve qui consiste à se voir tout en se parlant lors d'une communication distante. MSN Messenger vous permet de le réaliser très facilement, par webcams interposées. Comme pour la voix, il suffit que l'un des deux correspondants possède une webcam pour qu'il envoie à l'autre son image par Internet. La vidéo s'affiche à la place du cadre prévu pour la photo du correspondant dans la fenêtre de conversation.

 

En cours de conversation écrite, cliquez simplement sur le bouton Webcam de la fenêtre de conversation. Votre interlocuteur est alors invité à démarrer l'affichage de la vidéo. Il lui faut cliquer sur le texte Accepter dans la fenêtre de conversation. Pour couper la liaison vidéo, il suffit que l'un d'entre vous clique sur le bouton Webcam de la fenêtre de conversation.

 

Vous pouvez également démarrer directement une conversation en vidéophone en cliquant du bouton droit de la souris sur le nom de votre contact dans la fenêtre principale de Messenger et en sélectionnant Démarrer une vidéoconférence. Une fenêtre de conversation s'ouvre alors et votre interlocuteur est invité à accepter votre invitation, comme dans le contexte précédent.

 

Envoyez une photo et toutes sortes de fichiers

 

Messenger vous permet d'échanger simplement et plus rapidement que par courrier électronique des photographiques et même toutes sortes de fichiers présents sur votre ordinateur. Pour utiliser cette fonction allez dans la fenêtre principale de Messenger et faites un clic droit sur le nom du contact auquel vous souhaitez envoyer un fichier (ou une photo). Sélectionnez Envoyer un fichier ou une photo. Dans la fenêtre qui apparaît, sélectionnez le fichier à envoyer. Cliquez sur Ouvrir. Votre correspondant reçoit alors un message l'informant de votre initiative. Pour recevoir le fichier, il doit double-cliquer sur son icône ou sélectionner Accepter dans sa fenêtre de conversation.

 

Le fichier est enregistré sur le disque dur de son ordinateur, dans le dossier Mes fichiers reçus, lui-même placé dans le dossier Mes Documents. En cours de conversation, vous pouvez sélectionner un fichier de votre ordinateur et le glisser-déposer sur la fenêtre de conversation pour obtenir le même effet. Vous pouvez également cliquer sur le bouton Envoyer des fichiers de la fenêtre de conversation. Sélectionnez alors les fichiers à expédier et cliquez sur Ouvrir. Ils seront transférés chez votre interlocuteur dès que ce dernier aura accepté la proposition.

 

Echangez des documents

 

Au lieu d'envoyer des fichiers un par un à votre correspondant, vous pouvez en mettre plusieurs à sa disposition qu'il téléchargera à son rythme au fil de votre conversation. Dans MSN Messenger, cet échange se nomme Partage de fichier. Attention : le terme est ambigu. Il ne s'agit nullement de permettre à plusieurs personnes connectées en réseau de lire et de modifier simultanément un même document partagé. Ici, le partage de fichiers s'entend à la manière des réseaux peer-to-peer, comme KaZaA. Il ne s'agit donc que d'une copie de fichier d'un PC sur un autre. Ce partage ne fonctionne qu'entre deux utilisateurs : impossible d'inviter une troisième personne à se joindre à la conversation tant que le partage est en cours.

 

Pour activer ce partage, vous devez être en conversation avec l'un de vos contacts. Cliquez sur le bouton Jeux & loisirs de la fenêtre de conversation. Sélectionnez Partage de fichier. Cliquez sur bouton Ajout de fichier(s) pour sélectionner les documents. Votre correspondant les verra apparaître dans sa fenêtre de conversation dans le cadre supérieur de la fenêtre Partage de fichier.

 

En double-cliquant sur le nom d'un fichier, il lancera son téléchargement. Si ce dernier lui semble trop lent, il peut l'interrompre en cliquant sur le nom du fichier concerné avant de cliquer sur Annuler. De votre côté, vous pouvez stopper un transfert en cliquant sur Arrêter le transfert après avoir sélectionné le fichier en question dans le cadre Mes fichiers partagés. Cochez l'option Partager automatiquement ces fichiers la prochaine fois que je lancerai cette application pour que les fichiers partagés au cours de cette conversation le soient systématiquement.

 

Vous pourrez toujours annuler leur partage ultérieurement. Pour autant, pas question de « reprendre » les fichiers téléchargés par vos contacts : une copie est enregistrée sur leur disque dur dans le dossier Mes Documents, Fichiers MSN Messenger.

 

Jouez avec un contact

 

Quitte à dialoguer ensemble, pourquoi ne pas faire à deux une partie de dames ou de solitaire ? Messenger vous propose quatre jeux en ligne : démineur, solitaire, dames et diamants. Pour lancer une partie, entamez une conversation avec votre partenaire et cliquez sur le bouton Jeux & loisirs de la fenêtre de conversation.

 

Sélectionnez le jeu qui vous tente. Votre correspondant reçoit alors une invitation. S'il l'accepte en cliquant sur le texte Accepter dans la fenêtre de conversation, la partie peut commencer.

 

Utilisez un logiciel à deux

 

La fonction de partage de logiciel de Messenger permet à un internaute de montrer à un autre comment utiliser certaines fonctions d'un programme. La fenêtre du logiciel partagé s'affiche alors sur l'écran de la personne bénéficiaire du partage : c'est vous, l'initiateur du partage, qui mettez votre programme, quel qu'il soit, à disposition de votre correspondant. Vous pouvez le laisser prendre ponctuellement le contrôle du logiciel que vous partagez. A lui alors de procéder aux manipulations.

 

Pour utiliser cette fonction, ouvrez le programme à partager, puis revenez à Messenger. Si vous êtes en cours de conversation, cliquez sur le bouton en haut à droite de la fenêtre de conversation (un triangle pointant vers le bas) et sélectionnez Démarrer le partage d'application. Sinon, déroulez Actions, Démarrer le partage d'application.

 

Dans les deux cas, votre correspondant reçoit une invitation. Pour lancer le partage, il doit cliquer sur Accepter dans la fenêtre de conversation. Messenger établit alors la connexion et affiche deux fenêtres. La première, intitulée Session de partage, présente les commandes pour lancer un partage d'application, un partage de tableau blanc et la fermeture de la session de partage. Dans la seconde fenêtre, intitulée Partage, est affichée une liste des logiciels ouverts sur votre ordinateur. Sélectionnez celui que vous voulez partager et cliquez sur Partager.

 

Ne cochez l'option Partager en mode d'affichage Couleurs vraies que si vous et votre correspondant disposez d'une connexion à très haut débit (1024 Kbits/s minimum), sinon la réactivité de vos ordinateurs sera fortement affectée. En cours de partage, cliquez sur le bouton Arrêter le partage pour interrompre le processus.

 

Cliquez sur Autoriser le contrôle - le bouton devient Empêcher le contrôle  - pour permettre à votre interlocuteur de prendre ponctuellement le contrôle de votre logiciel : c'est alors lui qui déplacera le pointeur de la souris sur votre écran et tapera sur son clavier ce qui pourra apparaître sur votre écran. Toutefois, pour obtenir ce contrôle, il devra dérouler Contrôle, Demander le contrôle.

 

De votre côté, une fenêtre propose d'accepter ou de refuser la demande en cliquant sur le bouton correspondant. Si vous faites confiance à votre correspondant, vous pouvez valider l'option Accepter automatiquement les demandes de contrôle dans la fenêtre Partage. Dans la fenêtre Partage, sélectionnez donc le logiciel puis cliquez sur Fermer. Vous pourrez rouvrir cette fenêtre à tout moment en cliquant sur Partage de l'application de la fenêtre Session de partage.

 

Cliquez sur le bouton Annuler tous les partages pour mettre un terme au partage de vos logiciels. Cliquez ensuite sur Fermer. Pour autant, la session de partage n'est pas close : à tout moment, vous pouvez cliquer sur Partage de l'application dans la fenêtre Session de partage pour relancer un partage de logiciel avec votre interlocuteur. Pour mettre un terme à la session de partage, cliquez sur le bouton Fermer de la fenêtre Session de partage.

 

Demandez de l'aide à un ami

 

Vous avez besoin d'aide sur votre PC, pour, par exemple, résoudre un problème avec un logiciel ? L'un de vos amis peut vous assister par tchate interposé. La fonction d'assistance de MSN Messenger ressemble à celle de partage de logiciel (lire l'encadré Utilisez un logiciel à deux ), mais elle est plus spécifiquement destinée à l'aide à distance.

 

Pour activer cette fonction, déroulez le menu Actions de la fenêtre principale de Messenger et optez pour Demander une assistance à distance. Sélectionnez le contact que vous voulez solliciter et cliquez sur OK. Votre contact reçoit alors une invitation. S'il l'accepte, l'assistance à distance est engagée.

 

Vous pouvez également formuler votre demande en cours de conversation. Pour cela, cliquez sur le bouton en haut à droite de la fenêtre de conversation, représentant un triangle pointant vers le bas. Sélectionnez Demander une assistance à distance. Une fois la connexion établie, votre correspondant voit apparaître une fenêtre représentant l'ensemble de ce qui est affiché sur l'écran de votre PC. A gauche de cette fenêtre, se trouve une zone de dialogue écrit qui permet à celui qui vous vient en aide de commenter chacune de vos actions visibles à l'écran.

 

A l'établissement de la connexion, Messenger vous demande de confirmer votre souhait d'entamer la session d'aide à distance. Cliquez sur Oui.

 

Aussitôt apparaît une nouvelle fenêtre de dialogue. Tapez vos messages dans la zone Entrée du message et cliquez sur Envoyer pour les transmettre à votre correspondant.

 

Dans la zone de droite, cliquez sur Déconnexion pour terminer la session ; cliquez sur Commencer à parler pour entamer un dialogue oral avec votre correspondant ; cliquez sur Envoyer un fichier pour lui transférer un document ; cliquez sur Arrêter la prise de contrôle ou appuyez sur la touche Echap de votre clavier pour reprendre le contrôle de votre ordinateur.

 

De son côté votre correspondant dispose des mêmes commandes à l'exception d'une  : au lieu d'un bouton Arrêter la prise de contrôle, il dispose d'un bouton Prendre le contrôle. Il lui suffit de cliquer dessus pour déplacer le pointeur de la souris sur l'écran de votre ordinateur ou de taper du texte comme si c'était vous qui le faisiez sur votre clavier. En appuyant sur la touche Echap, il peut vous rendre le contrôle de votre PC.

 

Pas d'inquiétude cependant : Messenger est configuré pour vous demander une confirmation à chaque tentative de prise de contrôle. Cliquez sur Oui si vous êtes d'accord, sur Non dans le cas contraire. Ce réglage de Messenger ne peut pas être modifié. En cliquant sur Echelle de la fenêtre, votre correspondant peut ajuster l'affichage de votre écran à la taille de sa fenêtre de contrôle à distance. En cliquant sur Taille réelle, il en préserve la taille et les proportions indépendamment de celles de son propre affichage.

 

Parlez avec vos correspondants

 

Messenger permet d'ajouter la voix à vos conversations écrites à deux. Une façon d'engager une discussion téléphonique... sans utiliser le téléphone. Les abonnés à l'ADSL apprécieront l'économie, surtout pour joindre un correspondant habitant à l'étranger.

 

Pour converser oralement, l'idéal est que chaque interlocuteur dispose, sur son ordinateur, d'un microphone et de haut-parleurs ou d'un casque, voire d'un microcasque. Cependant, il est possible d'entamer une conversation audio même si l'un seulement des participants dispose d'un microphone. Dans ce cas, l'autre pourra toujours répondre par écrit.

 

En cours de conversation écrite, cliquez simplement sur le bouton Audio de la fenêtre de conversation. Votre interlocuteur est alors invité à démarrer l'échange. Il lui faut alors cliquer sur le texte Accepter dans la fenêtre de conversation. Attention : cette fonction est parfois indisponible si vous vous connectez à Internet par l'intermédiaire d'un proxy.

 

Pour couper le son, il suffit que l'un d'entre vous clique sur le bouton Audio de la fenêtre de conversation. Vous pouvez également démarrer directement une discussion orale en cliquant du bouton droit de la souris sur le nom de votre contact dans la fenêtre principale de Messenger et en sélectionnant Démarrer une conversation audio. Une fenêtre de conversation s'ouvre alors et votre interlocuteur est invité à accepter votre invitation, comme dans le contexte précédent.

Source : 01net.com

Transmission article : Green Monkey

Mise en page emjee pour @minfor-Virtuel le 27/07/2004


11:17 Écrit par clubinfo | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

Ultimate Zip (logiciel gratuit)

Ultimate Zip (logiciel gratuit)

 

Notez que ce qui est décrit pour Ultimate Zip est valable pour la plupart des logiciels de compression.

Green Monkey


 

Merci à Green Monkey pour avoir communiqué cet article.

p/@minfor


 

Introduction

Pour que vos fichiers occupent moins de place, compressez-les : vous pourrez, en plus, les transférer sur un support amovible.

Votre disque dur est saturé ? Avant d'en acheter un autre, essayez des logiciels de compression. Ils sont capables de compacter des fichiers et de les rassembler en un seul, occupant moins de place. Vous pouvez alors supprimer les fichiers originaux, et copier vos fichiers compressés sur un support amovible (CD-R, clé USB, etc.) pour les transférer sur un autre PC.

Sans perte de données

Nous ne parlons que de compression « sans perte » : en ouvrant le contenu d'une archive, vous retrouvez les fichiers dans leur état original, sans perte de données ou de qualité. Les logiciels de compression permettent, en outre, de crypter les archives, les rendant illisibles pour qui n'en possède pas le mot de passe.

Il existe plusieurs formats de compression sans perte, tels le Zip et le Rar. Pour compresser des fichiers en Zip, vous pouvez utiliser l'outil fourni avec Windows XP. Mais il n'offre que peu d'options. Mieux vaut utiliser Ultimate Zip, un logiciel gratuit disponible sur notre site www.telecharger.01net.com

Utilisez les fonctions de base

Le logiciel de compression gratuit Ultimate Zip offre toutes les options nécessaires pour compresser correctement fichiers et dossiers.

Installez Ultimate Zip

Connectez-vous sur le site www.telecharger.01net.com, et activez successivement les liens Utilitaires, Compression et décompression. Dans la deuxième page de résultats, sélectionnez Ultimate Zip. Vous récupérerez, sur votre disque dur, un fichier Uzsetup.exe de 3,3 Mo. Lancez-le pour installer Ultimate Zip.

Créez un fichier d'archive

Lancez Ultimate Zip et déroulez le menu File, New archive. Choisissez un dossier de destination et tapez un nom, par exemple MonArchive, puis cliquez sur Ouvrir.

Ultimate Zip ouvre une fenêtre qui ressemble à un dialogue d'enregistrement ; vous pouvez alors naviguer dans l'arborescence de votre disque dur pour sélectionner les fichiers à compresser. Maintenez la touche Ctrl et cliquez sur chacun des fichiers à ajouter, puis cliquez sur Add.

Vous pouvez compresser également des dossiers. Pour cela, dans la fenêtre de dialogue d'ajout de fichier, cochez les options Save full path info et Include Subfolders et cliquez deux fois sur le dossier à incorporer. Tapez ensuite Ctrl + A pour sélectionner tous les fichiers de ce dossier et cliquez sur Add.

Tous les fichiers semblent placés en vrac dans l'archive, mais Ultimate Zip « sait », pour chacun, de quel dossier il est issu. Lorsque vous les décompresserez, Ultimate Zip reconstituera l'arborescence des dossiers d'origine. Une fois que vous avez créé une archive, il vous suffit de quitter Ultimate Zip pour l'enregistrer.

Notez que lorsqu'il crée l'archive, Ultimate Zip laisse intacts les fichiers originaux : il se contente d'en compresser une copie dans le fichier MonArchive.zip. Pour gagner vraiment de l'espace disque, il vous faudra donc effacer ces fichiers originaux.

Ouvrez un fichier archive existant

Ultimate Zip vous permet d'afficher le contenu d'une archive sans la décompacter réellement. Pour cela, déroulez le menu File, Open et choisissez le fichier à ouvrir. Vous pouvez, en cliquant sur la petite flèche placée à droite du bouton Open, accéder à la liste des huit derniers fichiers archive ouverts.

Examinez le contenu d'une archive

Que vous ayez créé un fichier archive ou ouvert un fichier existant, Ultimate Zip en affiche, dans la configuration par défaut, le contenu sur cinq colonnes : le nom des fichiers (Filename), leur date de dernière mise à jour (Modified), leur taille avant compression (Size), le taux de compression appliqué (Ratio), la taille après compression (Packed) et enfin le dossier d'où sont extraits ces fichiers (Path).

Reconstituez les fichiers originaux

Tant que les fichiers que vous avez sauvegardés sont sous une forme compressée dans le fichier archive, vous ne pouvez pas les exploiter avec le programme qui les a créés (par exemple, le logiciel de traitement de texte Word) ; vous devez d'abord les extraire, c'est-à-dire reconstituer les fichiers originaux.

Pour décompresser le contenu d'une archive, lancez Ultimate Zip, cliquez sur le bouton Open, sélectionner votre archive dans le dialogue d'ouverture, maintenez la touche Ctrl enfoncée, cliquez sur chacun des fichiers à décompresser, puis cliquez sur le bouton Extract dans la barre d'outils. Une fenêtre apparaît.

Dans la zone Files, cochez Selected Files. Dans le champ Extract to, désignez le dossier où vous voulez placer les fichiers à restituer puis cliquez sur Extract.

Attention : si vous avez compressé un dossier avec tous ses sous-dossiers, son arborescence sera entièrement reconstruite à partir de l'endroit où vous décompressez l'archive.

Découvrez les fonctions avancées

Afficher plus de détails, transformer un fichier d'archive en programme exécutable, choisir le taux de compression, crypter ses fichiers...

Affichez plus de détails

Par défaut, Ultimate Zip n'affiche la liste du contenu d'une archive que sur cinq colonnes. Peut-être souhaitez-vous faire apparaître plus de renseignements sur les fichiers contenus dans une archive, par exemple les attributs de fichiers.

Pour cela, déroulez le menu Options, Configurations. Activez l'onglet View, Dans la liste Colums, cochez Attributes et validez par OK.

Créez un programme exécutable

Vous voulez envoyer des fichiers à quelqu'un, mais vous ne savez pas si votre destinataire dispose d'un logiciel de décompression (Ultimate Zip ou un autre).

Pour ne plus vous poser la question, transformez votre fichier archive en un programme exécutable (un fichier doté de l'extension .exe). Lorsque votre correspondant recevra ce fichier, il lui suffira de cliquer deux fois sur son icône pour récupérer le contenu de l'archive.

Pour créer un tel fichier, ouvrez le fichier à transformer en programme exécutable et déroulez le menu Actions, Make EXE file. Dans la fenêtre qui apparaît, laissez vierges les champs Default Extract folder et Blank Entry... et tapez, dans le champ Message, un texte à l'usage de votre destinataire, par exemple Ventes du mois de Juin. Cliquez sur OK.

Ultimate Zip crée un fichier de même nom que votre fichier archive mais doté de l'extension .exe. Envoyez ce fichier à votre destinataire. Lorsqu'il le lancera sur son PC, il verra s'afficher le message que vous avez tapé, puis une fenêtre lui proposera de décompresser les fichiers de l'archive dans le dossier de son choix.

Notez que cette technique présente deux inconvénients : d'une part le fichier .exe ainsi obtenu est de taille supérieure à celle du fichier archive d'origine. D'autre part, certaines messageries vous interdisent de transmettre des fichiers exécutables comme pièces jointes à vos messages en raison du risque de virus.

Cryptez vos fichiers

Vous pouvez protéger le contenu d'une archive par un mot de passe. Pour cela, déroulez le menu Tools, Encrypt. Cliquez sur le bouton ... (trois points) placé à droite du champ Input File. Choisissez le fichier archive à crypter, par exemple Confidentiel.zip, et cliquez sur Ouvrir.

Dans le champ Output File, Ultimate Zip affiche le nom du fichier qui va être créé, ce nom est celui de votre fichier archive auquel est ajouté le suffixe .uze ( Confidentiel.ZIP.uze dans notre exemple).

Notez que le fichier d'origine n'est pas modifié, Ultimate Zip se contente d'en créer une copie cryptée, de même taille que le fichier archive original. Vous pouvez alors détruire ce dernier et transmettre le fichier crypté à votre correspondant. Pour le décrypter, il devra lancer Ultimate Zip, dérouler le menu Tools, Decrypt, indiquer le nom du fichier crypté et saisir le mot de passe que vous avez choisi.

Choisissez le mode de compression

Comme d'autres logiciels de compression de données, Ultimate Zip vous permet de définir le taux de compression à utiliser. Ainsi, si vous êtes à court d'espace disque, vous avez tout intérêt à choisir une compression maximale. Dans ce cas, le fichier archive obtenu sera de petite taille, mais sa création et l'extraction des données qu'il contient seront très lentes.

Vous pouvez, au contraire, donner la priorité à la vitesse de traitement en choisissant un faible taux de compression et, par conséquent, un fichier de plus grande taille. Il s'agit dans tous les cas d'une compression non destructive. Le choix d'un mode se fait lors de l'ajout de fichier dans une archive.

Dans la liste Compression, choisissez Maximum (slowest) pour obtenir une forte ­ mais lente­ compression ou Super Fast pour une création rapide assortie d'un faible taux de compression.

Enfin, cliquez sur le bouton ... placé à droite de Output directory, choisissez un dossier de destination, cliquez sur OK puis sur Compress pour débuter le traitement.

 

Source : 01net.com

Transmission article : Green Monkey

Mise en page emjee pour @minfor-Virtuel le 27/07/2004


10:25 Écrit par clubinfo | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

16/03/2004

Excel Cellules interactives

Excel

 

Cellules interactives

 

La flexibilité d’Excel n’est plus à vanter. C’est la raison pour laquelle on le met à contribution pour autant de tâches différentes. Imaginons que vous avez à tenir à jour une liste d’élèves et que vous avez besoin de voir rapidement quelles notes chacun a reçu. Ou bien vous gérez un entrepôt et que vous voulez savoir immédiatement quels produits sont en rupture de stock... Ce type d’embarras se résout facilement avec une fonction très puissante d’Excel: le formatage conditionnel. Il s’applique à des cellules une mise en forme différente en fonction de certaines conditions.

Pour reprendre nos deux exemples, un élève ayant eu la moyenne ou une valeur de stock située sous un certain seuil.

Voici tout ce qu’il faut savoir pour maîtriser totalement le formatage conditionnel et ses applications quotidiennes.

 

Comment ça marche

L’utilisation du formatage conditionnel suppose que vous êtes en mesure de définir une condition binaire, c’est-à-dire que vos données répondent à une alternative vrai/faux ou oui/non. Les réponses aux questions « est-ce qu’il pleut dehors ? » ou « avez-vous plus de 21 ans ? » sont des réponses binaires. En revanche, les questions ouvertes, similaires mais formulées différemment, comme « quel temps fait-il ? » ou « quel âge avez-vous ? » demandent une réponse qui ne peut pas être binaire. Les questions à utiliser dans le formatage conditionnel sont déterminées par le type d’information dont vous avez besoin. Par exemple, vous cherchez à savoir si les notes additionnées d’un élève dépassent 80. En fait, pour utiliser efficacement le formatage conditionnel, il faut commencer par bien poser la bonne question. La syntaxe d’un formatage conditionnel est un peu différente de celle d’une clause « Si », car rien ne se passe si la condition n’est pas remplie. Par exemple, pour créer une cellule à fond bleu pour les élèves ayant eu plus de 80 en notes cumulées et une cellule à fond rouge pour les autres, il faut écrire ces deux conditions:

 

Ø      Si Note est >= 80, rendre la cellule bleue

Ø      Si Note est < 80, rendre la cellule rouge

 

Pour appliquer ces conditions, sélectionnez les valeurs à formater (les notes des élèves) et passez par Format >>> Mise en forme conditionnelle.

Ensuite, dans les options de « Condition 1 », choisissez « La valeur de la cellule est » et fixez la condition à « Supérieure ou égale à ». Dans la dernière zone, saisissez 80 et cliquez sur le bouton Format...

Dans cette boîte de dialogue, vous définissez la mise en forme de la cellule, en l’occurrence un motif bleu dans l’onglet Motifs. Si le bleu choisi est trop foncé pour lire le texte, rien ne vous empêche de définir aussi l’affichage du texte en blanc.

 

Créez des conditions

Pour ajouter une seconde condition, cliquez sur le bouton Ajouter. Choisissez les options « La valeur de la cellule est », puis « inférieure à » et saisissez 80 dans le dernier champ. Cliquez ensuite sur Format et déterminez comme précédemment les options de mise en forme. Choisissez par exemple un motif rouge pour le remplissage du fond de la cellule. Cliquez sur 0K pour confirmer vos choix. Les cellules sont donc formatées par rapport à leur contenu. Ce formatage est dynamique : si les valeurs changent de telle manière que les conditions changent aussi, les modifications de formatage prennent effet aussitôt. En d’autres termes, si un élève réussit sa séance de rattrapage et passe de 70 à 85, la cellule contenant le cumul de ses notes passe du rouge au bleu.


Les formats de formules

Il est également possible d’appliquer un formatage qui dépende du résultat d’une formule.

Imaginons cette situation : on a besoin de surligner les cellules d’un tableau dans lesquelles le nombre de produits en stock passe en dessous d’un certain seuil. Dans ce cas, il faut comparer deux nombres et formater la cellule en fonction du résultat de la comparaison. Pour cela, en partant du principe que toutes les valeurs de stock sont dans la colonne C et tous les seuils de stockage dans la colonne B, sélectionnez la colonne à formater (toutes les colonnes du bloc de données, ou seulement certaines d’entre elles). Dans notre exemple, nous avons sélectionné les cellules A2 : A13, qui contiennent les références des produits. Allez dans Format >>> Mise en forme conditionnelle, puis dans la zone relative à la « Condition 1 ». Choisissez « La formule est », puis tapez la formule =C2<B2 dans le champ suivant. Cliquez sur le bouton Format, définissez la mise en forme qui vous convient et cliquez sur OK. Cette mise en forme sera donc appliquée à toutes les valeurs de la colonne C pour lesquelles le stock est inférieur aux valeurs correspondantes dans la colonne B. Ce formatage conditionnel met en valeur les cellules situées sous le seuil de renouvellement de stock : il est temps de passer quelques commandes! Notez que même si vous avez écrit la formule conditionnelle =C2<B2, Excel n’évalue cette formule que sur la première cellule de la plage, c’est-à-dire la cellule A2. En pratique, il évalue la formule =C3<B3 avec la seconde cellule de la plage, =C4<B4 avec la suivante, et ainsi de suite. L’utilisation de la mise en forme conditionnelle, dans ce cas-là, est un bonheur, car elle simplifie considérablement la gestion des petites bases de données.


Source : Windows XP Le magazine officiel  Mars 2004

Mise en page emjee pour @minfor-Virtuel le 16/03/2004


11:16 Écrit par clubinfo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/01/2004

Décrypter les messages d'erreur d'Internet

Décrypter les messages d'erreur d'Internet

Les codes d'erreur SMTP et ESMTP

 

Les codes d'erreur SMTP

 

Avant d'apparaître sous forme de message, les erreurs sont avant tout des codes d'erreur, générés par le serveur SMTP.

 

Code Description

 

421      Domain service not available, closing transmission channel.

Service non disponible, canal en fermeture

432      A password transition is needed.

450      Requested mail action not taken: mailbox unavailable.

Action non effectuée : boîte-aux-lettres non disponible [Ex., bloquée par un autre utilisateur]

451      Requested action aborted: local error in processing.

Action arrêtée : erreur de traitement

452      Requested action not taken: insufficient system storage.

Action non effectuée : manque de ressources système.

454      TLS not available due to temporary reason.

Encryption required for requested authentication mechanism.

458      Unable to queue messages for node node.

459      Node node not allowed: reason.

500      Command not recognized: command. Syntax error.

Erreur de syntaxe, commande non reconnue [y compris des erreurs de type "ligne de commande trop longue"]

501      Syntax error, no parameters allowed.

Erreur de syntaxe dans des paramètres ou arguments

502      Command not implemented.

Commande non implémentée

503      Bad sequence of commands.

Mauvaise séquence de commandes

504      Command parameter not implemented.

Paramètre de commande non implémenté

521      Machine does not accept mail.

530      Must issue a STARTTLS command first.

Encryption required for requested authentication mechanism.

534      Authentication mechanism is too weak.

538      Encryption required for requested authentication mechanism.

550      Requested action not taken: mailbox unavailable.

Action non effectuée : boîte-aux-lettres non disponible [Ex., boîte-aux-lettres non trouvée, pas d'accès]

551      User not local; please try forwardpath.

Utilisateur non local ; essayer (sans relais automatique)

552      Requested mail action aborted: exceeded storage allocation.

Action arrêtée : manque de ressources de stockage

553      Requested action not taken: mailbox name not allowed.

Action non effectuée : nom de boîte-aux-lettres non autorisé (par exemple, une erreur de syntaxe dans le nom de la boîte]

554      Transaction failed.

Transaction échouée.

Top

Retour aux @stuces

 

Les codes d'erreur ESMTP

 

Comme vous l'avez vu ci-dessus, le protocole SMTP délivre un nombre limité d'erreurs. Le protocole étendu ESMTP introduit un système plus complet de codes d'erreur, qui permet notamment de gérer les accusés de réception.

La syntaxe des codes est définie comme suit :

 

status-code = classe.subject .detail

 

où classe = "2", "4" ou "5", subject = nombre et detail = nombre

 

Le premier chiffre indique le succès ou non de l'opération.

2 signifie Success (succès) : l'opération s'est déroulée sans heurt.

4 indique une Persistent Transient Failure (erreur temporaire) : vous devriez réussir à envoyer le même message un peu plus tard sans rien modifier.

5 signale une Permanent Failure (erreur permanente) : il faudra changer le message ou ses entêtes pour réussir à l'envoyer.

 

Les deuxième et troisième parties donnent des indications supplémentaires (désolé mais nous n'avons pas encore traduit tous les messages d'erreurs : ils sont ici pour la plupart cités en anglais)

 

X.0.X Other or Undefined Status

There is no additional subject information available.

 

X.0.0 Other undefined Status

Other undefined status is the only undefined error code. It should be used for all errors for which only the class of the error is known.

 

X.1.X Addressing Status

The address status reports on the originator or destination address. It may include address syntax or validity. These errors can generally be corrected by the sender and retried.

 

X.1.0 Other address status

Something about the address specified in the message caused this DSN.

 

5.1.1 Bad destination mailbox address

L'adresse spécifiée n'existe pas : la partie de gauche de l'adresse e-mail (avant le @) est fausse.

 

X.1.2 Bad destination system address

The destination system specified in the address does not exist or is incapable of accepting mail. For Internet mail names, this means the address portion to the right of the "@" is invalid for mail. This codes is only useful for permanent failures.

 

X.1.3 Bad destination mailbox address syntax

The destination address was syntactically invalid. This can apply to any field in the address. This code is only useful for permanent failures.

 

X.1.4 Destination mailbox address ambiguous

The mailbox address as specified matches one or more recipients on the destination system. This may result if a heuristic address mapping algorithm is used to map the specified address to a local mailbox name.

 

X.1.5 Destination address valid

This mailbox address as specified was valid. This status code should be used for positive delivery reports.

 

X.1.6 Destination mailbox has moved, No forwarding address The mailbox address provided was at one time valid, but mail is no longer being accepted for that address. This code is only useful for permanent failures.

 

X.1.7 Bad sender's mailbox address syntax

The sender's address was syntactically invalid. This can apply to any field in the address.

 

X.1.8 Bad sender's system address

The sender's system specified in the address does not exist or is incapable of accepting return mail. For domain names, this means the address portion to the right of the "@" is invalid for mail.

 

X.2.X Mailbox Status

Mailbox status indicates that something having to do with the mailbox has cause this DSN. Mailbox issues are assumed to be under the general control of the recipient.

 

X.2.0 Other or undefined mailbox status

The mailbox exists, but something about the destination

mailbox has caused the sending of this DSN.

 

X.2.1 Mailbox disabled, not accepting messages

The mailbox exists, but is not accepting messages. This may be a permanent error if the mailbox will never be re-enabled or a transient error if the mailbox is only temporarily disabled.

 

X.2.2 Mailbox full

The mailbox is full because the user has exceeded a per-mailbox administrative quota or physical capacity. The general semantics implies that the recipient can delete messages to make more space available. This code should be used as a persistent transient failure.

 

X.2.3 Message length exceeds administrative limit

A per-mailbox administrative message length limit has been exceeded. This status code should be used when the per-mailbox message length limit is less than the general system limit. This code should be used as a permanent failure.

 

X.2.4 Mailing list expansion problem

The mailbox is a mailing list address and the mailing list was unable to be expanded. This code may represent a permanent failure or a persistent transient failure.

 

X.3.X Mail System Status

Mail system status indicates that something having to do with the destination system has caused this DSN. System issues are assumed to be under the general control of the destination system administrator.

 

X.3.0 Other or undefined mail system status

The destination system exists and normally accepts mail, but something about the system has caused the generation of this DSN.

 

X.3.1 Mail system full

Mail system storage has been exceeded. The general semantics imply that the individual recipient may not beable to delete material to make room for additional messages. This is useful only as a persistent transient error.

 

X.3.2 System not accepting network messages

The host on which the mailbox is resident is not accepting messages. Examples of such conditions include an immanent shutdown, excessive load, or system maintenance. This is useful for both permanent and permanent transient errors.

 

X.3.3 System not capable of selected features

Selected features specified for the message are not supported by the destination system. This can occur in gateways when features from one domain cannot be mapped onto the supported feature in another.

 

X.3.4 Message too big for system

The message is larger than per-message size limit. This limit may either be for physical or administrative reasons. This is useful only as a permanent error.

 

X.3.5 System incorrectly configured

The system is not configured in a manner which will permit it to accept this message.

 

X.4.X Network and Routing Status

The networking or routing codes report status about the delivery system itself. These system components include any necessary infrastructure such as directory and routing services. Network issues are assumed to be under the control of the destination or intermediate system administrator.

 

X.4.0 Other or undefined network or routing status

Something went wrong with the networking, but it is not clear what the problem is, or the problem cannot be well expressed with any of the other provided detail codes.

 

X.4.1 No answer from host

The outbound connection attempt was not answered, either because the remote system was busy, or otherwise unable to take a call. This is useful only as a persistent transient error.

 

X.4.2 Bad connection

The outbound connection was established, but was otherwise unable to complete the message transaction, either because of time-out, or inadequate connection quality. This is useful only as a persistent transient error.

 

X.4.3 Directory server failure ou routing server failure

(erreur de routage)

Le message n’a pas été envoyé car le serveur n’a pas réussi à atteindre le serveur de messagerie de vos destinataires (indiqué dans l’adresse, après le @).

 

X.4.4 Unable to route

The mail system was unable to determine the next hop for the message because the necessary routing information was unavailable from the directory server. This is useful for both permanent and persistent transient errors.

A DNS lookup returning only an SOA (Start of Administration) record for a domain name is one example of the unable to route error.

 

4.4.5 Mail system congestion

The mail system was unable to deliver the message because the mail system was congested.

 

4.4.6 Routing loop detected

A routing loop caused the message to be forwarded too many times, either because of incorrect routing tables or a user forwarding loop.

 

4.4.7 Delivery time expired

Le délai d'acheminement de votre message a été jugé trop long. Votre message n'a donc pas été délivré. Cette erreur est temporaire : envoyez à nouveau votre message.

The message was considered too old by the rejecting system, either because it remained on that host too long or because the time-to-live value specified by the sender of the message was exceeded. If possible, the code for the actual problem found when delivery was attempted should be returned rather than this code.

 

X.5.X Mail Delivery Protocol Status

The mail delivery protocol status codes report failures involving the message delivery protocol. These failures include the full range of problems resulting from implementation errors or an unreliable connection. Mail delivery protocol issues may be controlled by many parties including the originating system, destination system, or intermediate system administrators.

 

X.5.0 Other or undefined protocol status

Something was wrong with the protocol necessary to deliver the message to the next hop and the problem cannot be well expressed with any of the other provided detail codes.

 

X.5.1 Invalid command

A mail transaction protocol command was issued which was either out of sequence or unsupported. This is useful only as a permanent error.

 

X.5.2 Syntax error

A mail transaction protocol command was issued which could not be interpreted, either because the syntax was wrong or the command is unrecognized. This is useful only as a permanent error.

 

X.5.3 Too many recipients

More recipients were specified for the message than could have been delivered by the protocol. This error should normally result in the segmentation of the message into two, the remainder of the recipients to be delivered on a subsequent delivery attempt. It is included in this list in the event that such segmentation is not possible.

 

X.5.4 Invalid command arguments

A valid mail transaction protocol command was issued with invalid arguments, either because the arguments were out of range or represented unrecognized features. This is useful only as a permanent error.

 

X.5.5 Wrong protocol version

A protocol version mis-match existed which could not be automatically resolved by the communicating parties.

 

X.6.X Message Content or Media Status

The message content or media status codes report failures involving the content of the message. These codes report failures due to translation, transcoding, or otherwise unsupported message media. Message content or media issues are under the control of both the sender and the receiver, both of whom must support a common set of supported content-types.

 

X.6.0 Other or undefined media error

Something about the content of a message caused it to be considered undeliverable and the problem cannot be well expressed with any of the other provided detail codes.

 

X.6.1 Media not supported

The media of the message is not supported by either the delivery protocol or the next system in the forwarding path.

 

X.6.2 Conversion required and prohibited

The content of the message must be converted before it can be delivered and such conversion is not permitted. Such prohibitions may be the expression of the sender in the message itself or the policy of the sending host.

 

X.6.3 Conversion required but not supported

The message content must be converted to be forwarded but such conversion is not possible or is not practical by a host in the forwarding path. This condition may result when an ESMTP gateway supports 8bit transport but is not able to downgrade the message to 7 bit as required for the next hop.

 

X.6.4 Conversion with loss performed

This is a warning sent to the sender when message delivery was successfully but when the delivery required a conversion in which some data was lost. This may also be a permanant error if the sender has indicated that conversion with loss is prohibited for the message.

 

X.6.5 Conversion Failed

A conversion was required but was unsuccessful. This may be useful as a permanent or persistent temporary notification.

 

X.7.X Security or Policy Status

The security or policy status codes report failures involving policies such as per-recipient or per-host filtering and cryptographic operations. Security and policy status issues are assumed to be under the control of either or both the sender and recipient. Both the sender and recipient must permit the exchange of messages and arrange the exchange of necessary keys and certificates for cryptographic operations.

 

X.7.0 Other or undefined security status

Something related to security caused the message to be returned, and the problem cannot be well expressed with any of the other provided detail codes. This status code may also be used when the condition cannot be further described because of security policies in force.

 

X.7.1 Delivery not authorized, message refused

The sender is not authorized to send to the destination. This can be the result of per-host or per-recipient filtering. This memo does not discuss the merits of any such filtering, but provides a mechanism to report such.

 

X.7.2 Mailing list expansion prohibited

The sender is not authorized to send a message to the intended mailing list.

 

X.7.3 Security conversion required but not possible

A conversion from one secure messaging protocol to another was required for delivery and such conversion was not possible. This is useful only as a permanent error.

 

X.7.4 Security features not supported

A message contained security features such as secure authentication which could not be supported on the delivery protocol. This is useful only as a permanent error.

 

X.7.5 Cryptographic failure

A transport system otherwise authorized to validate or decrypt a message in transport was unable to do so because necessary information such as key was not available or such information was invalid.

 

X.7.6 Cryptographic algorithm not supported

A transport system otherwise authorized to validate or decrypt a message was unable to do so because the necessary algorithm was not supported.

 

X.7.7 Message integrity failure

Votre message n'a pu être validé parce qu'il a été corrompu ou alteré en cours de route.

A transport system otherwise authorized to validate a message was unable to do so because the message was corrupted or altered.

Top

Retour aux @stuces


15:12 Écrit par clubinfo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Décrypter les messages d'erreur d’envoi d’email

Décrypter les messages d'erreur d’envoi d’email

 

Bling, blang. Encore l'effet boomerang. Le dernier courrier électronique que vous avez envoyé vous revient en pleine poire, agrémenté d'un message fort peu sympathique, le plus souvent en anglais. Delivery failure, User unknown... Décryptons un peu tout ça...

 

Non, tous les courriers n'arrivent pas à destination ! Il arrive qu'ils se perdent, qu'ils ne trouvent pas leur destinataire parce que l'adresse est erronée ou soient refusés par le destinataire. Fort heureusement, vous avez dans ce cas un retour de courrier avec la raison du refus. Par exemple "Returned mail : user unknown".

 

Les différents types de messages d'erreur...

 

Warning : can not send message for last 4 hours

C'est pas de votre faute (ouf !). Il est probable que le serveur de mail de votre correspondant soit en panne. Votre serveur va essayer de renvoyer votre message toutes les heures pendant 3 à 5 jours. Ce n'est donc pas la peine de vous en charger ! Si au bout de la durée annoncée, le message n'est pas parti, le serveur détruira le message et vous renverra cette fois un vrai message d'erreur. C'est extrêmement rare. Cela peut arriver si votre correspondant reçoit ses messages sur sa propre machine et est parti en vacances en l'éteignant. Dans la plupart des cas, il s'agit d'erreurs de configuration pour lesquelles vous ne pouvez rien.

 

User unknown (utilisateur inconnu)

Vous vous êtes trompés (petit(e) étourdi(e) !) dans la partie gauche de l'adresse. "bidochon@nidamour.fr... user unknown" signifie que bidochon n'existe pas, ou qu'il a déménagé. Revérifiez l'adresse (orthographe), redemandez son adresse à votre correspondant. Le plus simple est de lui demander de vous envoyer un message s'il ne connaît pas sa propre adresse de courrier (ça arrive !!).

 

Host unknown (hôte inconnu)

Cette fois, c'est la partie droite (nidamour.fr) qui est fausse : le domaine ou la machine n'existent pas. Mêmes conseils que précédemment. Cette erreur peut être temporaire si les responsables du serveur ont fait une boulette.

 

Delivery failure, mailer error, transient failure, etc.

Ils indiquent le plus souvent une erreur de configuration à l'autre bout. Si vous avez envoyé un message à bidochon@nidamour.fr, essayez alors de contacter postmaster@nidamour.fr et expliquez lui gentiment votre problème (en anglais si c'est un domaine non francophone).

 

Mailbox full ou Quota exceeded ou Le quota du destinataire est dépassé

Le message "mailbox full" ou équivalent indique que votre correspondant n'a pas relevé sa boîte depuis quelque temps et que celle-ci est pleine à craquer (il a dépassé la limite imposée par son fournisseur d'accès ou son service de mail). Pas la peine de lui renvoyer un message, il faut attendre qu'il la vide. Si vous pouvez le prévenir autrement que par mail, faites passer le message au destinataire. Sinon, attendez donc quelques heures (jours) !

 

Conseil

Il peut être nécessaire, lorsque vous expédiez un courrier volumineux demandant quelques minutes d'envoi (cas d'un attachement), de vérifier l'adresse de votre correspondant avec un petit courrier le précédant. Cela évitera en cas d'erreur de recevoir le courrier avec un temps de réception équivalent au temps d'envoi.... et de voir ce temps tripler par un nouveau temps de réexpédition.

Top

Retour aux @stuces


15:09 Écrit par clubinfo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/01/2004

Comment rechercher un terme, comment imprimer une ou plusieurs pages d'un document PDF volumineux

Comment rechercher un terme, comment imprimer une ou plusieurs pages d'un document PDF volumineux

 

Rechercher un terme dans un document en format PDF.

 

Ø                  Ouvrez un document sous format PDF grâce au logiciel ACROBAT READER ;

 

Ø                  dans la barre de menu, cliquez sur l'icône représentant des jumelles ;

 

Ø                  une nouvelle fenêtre de dialogue s'affiche à l'écran ;

 

Ø                  introduisez le terme faisant l'objet de votre recherche dans le champ 'Find what' ;

 

Ø                  cliquez sur le bouton 'Find'.

 

***

 

Imprimer uniquement une ou plusieurs pages d'un document PDF volumineux.

 

Ø                  Ouvrez le document sous format PDF dont vous souhaitez imprimer une partie grâce au logiciel ACROBAT READER ;

 

Ø                  dans la barre de menu, cliquez sur 'File' ;

 

Ø                  sélectionnez l'option 'Print...' ;

 

Ø                  dans le nouvel écran s'affichant à l'écran, recherchez la partie 'Print Range' ;

 

Ø                  dans cette partie sélectionnez l'option 'Pages from' ;

 

Ø                  introduisez dans les champs correspondants les pages souhaitées ;

 

Ø                  cliquez sur 'OK'.

Top

Retour aux @stuces


10:46 Écrit par clubinfo | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Pdf995 - C'est quoi ?

Pdf995

 

Pdf995 est un petit programme qui révolutionne la création de fichier au format PDF d'adobe. Ce dernier propose en effet son logiciel Acrobat pour créer des PDF, mais ce logiciel coûte plusieurs centaines d'euros ce qui n'est pas à la portée d'un particulier. Pdf995 change la donne puisqu'il est gratuit !

Extrêment simple d'utilisation, Pdf995 apparait sous la forme d'une imprimante. Ainsi il suffit de faire comme si on imprimait le document pour le générer au format PDF. Très efficace et rapide, cette solution a également l'avantage de pouvoir être exécutée à partir de n'importe qu'elle application qui gère l'impression de document (quasiment toutes donc).

Enfin, contrairement à d'autres logiciels gratuits, Pdf995 n'affiche aucun filligramme sur vos documents.

Pour assurer la gratuité de ce programme, une page publicitaire s'affiche après chaque génération de fichier PDF, mais cela n'est pas méchant et n'affecte en rien vos fichiers.

Aurait-on trouvé la perle rare ?

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce logiciel et le télécharger, cliquez ici.

http://www.pcastuces.com/ldj/default.htm

Top

Retour aux @stuces


10:13 Écrit par clubinfo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/12/2003

1278745414


09:53 Écrit par clubinfo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/12/2003

Trucs et astuces pour Eudora

Trucs et astuces pour Eudora


 

Paramétrer le logiciel
• Entrer les paramètres d'un compte e-mail
• Relever une boîte aux lettres supplémentaire
• Importer un compte e-mail
• Faire d'Eudora le logiciel de messagerie par défaut
• Configurer Netscape pour l'utiliser avec Eudora
• Utiliser Eudora en français
• Retarder le rapatriement des courriers volumineux

Envoyer et recevoir des messages
• Gérer les fichiers attachés
• Envoyer facilement un fichier de Windows en pièce jointe
• Envoyer une page Web par e-mail
• Créer un nouveau message en un clin d’oeil
• Relever régulièrement le courrier
• Envoyer un duplicata de message
• Se connecter et se déconnecter automatiquement
• Vérifier l'orthographe des messages
• Gérer un compte IMAP
• Demander un accusé de réception
• Programmer l'heure d'envoi d'un message

Personnaliser et mettre en forme les messages
• Composer un e-mail au format HTML
• Créer et modifier la signature

Personnaliser le logiciel
• Personnaliser la barre d’outils
• Personnaliser la formule d'introduction des citations
• Personnaliser sa version d'Eudora
• Définir le son d'annonce des nouveaux messages
• Retrouver les anciennes icônes d'Eudora dans Eudora 6

S'organiser, gagner du temps
• Entrer l'e-mail de l'expéditeur d'un message dans le carnet d'adresses
• Créer une règle de filtrage
• Créer une règle de filtrage à partir d'un e-mail
• Comprendre les indicateurs dans les listes de messages

Les fonctions avancées du logiciel
• Sauvegarder vos messages et carnet d'adresses
• Consulter l'historique des liens cliqués
• Réduire l'espace de stockage occupé par les courriers
• Installer un dictionnaire en français
• Gérer l’affichage des entêtes des messages
• Partager Eudora entre plusieurs utilisateurs
• S'authentifier auprès du serveur SMTP





Source : Arobase.org 

 par emjee pour @minfor-Virtuel

 




13:40 Écrit par clubinfo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/12/2003

Les principales attaques sur le Web

Tour d'horizon des principales attaques que vous pourrez subir sur Internet et les moyens de s'en protéger... Virus, Bombmailing, Nuke et Chevaux de Troie...

 

Les principales attaques


 

Auteur de l'article : Lucas Schielé

Source : PC Astuces

 

De nombreux internautes et entreprises sont connectés chaque jour à Internet et sont alors des cibles potentielles pour des personnes malfaisantes. La sécurisation de votre système est particulièrement importante. Elle permet de protéger votre ordinateur et vos données contre les différentes attaques qu'ils peuvent subir. En effet, nul n'est à l'abri d'une intrusion indésirable ou d'un virus. Ces attaques se révèlent souvent dangereuses pour vos données et votre système.
Heureusement les solutions existent. L'application de certaines règles de prudence et l'installation de logiciels pare-feux et d'antivirus, vous permettent de préserver votre système de ces attaques.
Cependant rien ne vous assurera une protection infaillible. Les virus évoluent vite, mutent parfois, devenant de plus en plus furtifs, de plus en plus pervers. Ils exploitent les failles du système, tout comme les chevaux de Troie. Être connecté à Internet vous rend vulnérable aux attaques directes (Nukes) et posséder une boîte aux lettres vous expose au Bombmailing.

 

Le Bombmailing



Cette attaque consiste à envoyer un très grand nombre de messages identiques (pouvant atteindre des milliers) dans votre boîte aux lettres électronique afin de saturer celle-ci.
En général, ces messages sont générés par un logiciel qui masque la véritable adresse de l'expéditeur. Il est donc difficile de remonter jusqu'à lui. L'auteur de ces messages est souvent quelqu'un rencontré sur un forum ou une connaissance qui cherche à vous nuire.
Si vous êtes connectés à Internet via un modem, le téléchargement de tous ces messages inutiles sera long et coûteux. Si l'attaque est ponctuelle et ne se reproduit pas, inutile de chercher à connaître l'identité du mauvais plaisant. Utilisez le freeware Eremove (174 ko) qui permet de ne télécharger que l'entête des messages qui vous ont été envoyés. Vous pouvez alors choisir les messages que vous souhaitez conserver et ceux que vous souhaitez supprimer. Si l'attaque se reproduit fréquemment, il vous faudra alors employer un logiciel de filtrage d'email afin de rejeter les messages indésirables. Le logiciel SpamBuster (1336 ko) filtre les messages selon certains critères comme l'objet, l'entête, la taille ou l'expéditeur. Il vérifie par ailleurs si l'adresse de l'expéditeur est valide. Il est conseillé dans ce cas là, de contacter le fournisseur d'accès de l'expéditeur afin de lui spécifier qu'un tel comportement n'est pas acceptable. Si malgré tout l'attaque persiste, votre dernier recours sera les autorités.

 

Les chevaux de Troie



Le nom " cheval de Troie " est tiré de la mythologie grecque. Les Achéens en guerre avec Troie, offrirent aux habitants un cheval de Bois. Les Troyens, peu méfiants, le firent rentrer dans la ville. La nuit, tombée, les Achéens surgirent du cheval et saccagèrent la ville de Troie. Le cheval de Troie (ou Trojan Horse) est un programme qui effectue certaines actions à votre insu comme ouvrir une porte dérobée, permettant alors à n'importe qui de prendre le contrôle de votre ordinateur. Il peut également collecter des informations comme les mots de passe. Les premières versions des chevaux de Troie n'étaient que de petits exécutables, qui une fois lancés, affichaient des messages d'erreurs du type : " un fichier DLL requis, XXXXX.DLL n'a pas été trouvé ". La détection de ceux-ci était assez aisée. Mais les versions plus récentes des chevaux de Troie sont plus insidieuses car elles peuvent désormais être contenues dans un programme courant qui fonctionne parfaitement.
L'utilisateur ne soupçonne alors pas qu'il vient d'être infecté par un cheval de Troie.
La présence d'un cheval de Troie se traduit par une activité anormale de votre ordinateur. Si lorsque vous êtes connectés à Internet, votre disque dur " travaille " alors que vous ne faîtes rien ou si des fenêtres s'ouvrent et se ferment sur votre bureau, il est fort probable que vous soyez infectés.


La meilleure solution consiste à ne pas télécharger de programmes à partir de sites douteux ou non officiels et ne pas ouvrir les pièces jointes des mails suspects. Mais si malgré tout, vous soupçonnez la présence d'un cheval de Troie sur votre disque dur, il est recommandé d'utiliser un programme de désinfection comme The Cleaner. Il recherche la présence de chevaux de Troie sur les différents lecteurs et les supprime. Il peut également intercepter les chevaux de Troie avant qu'ils n'infectent votre système et l'endommagent. Par ailleurs, l'utilisation d'un antivirus mis à jour régulièrement et d'un Firewall est fortement conseillée.

 

Les attaques directes (nuke)



Les attaques directes se produisent uniquement lorsque votre ordinateur est connecté à Internet ou à un réseau local. Ces attaques sont l'oeuvre de gens souvent malintentionnés qui cherchent à s'introduire dans votre ordinateur. A la différence des chevaux de Troie, les attaques directes ne nécessitent pas qu'un programme soit installé sur la machine cible. L'adresse IP seule suffit. Elle peut facilement être récupérée sur un chat tel ICQ ou IRC. Les utilisateurs bénéficiant d'une adresse IP fixe (type Câble ou ADSL) et qui sont connectés en permanence sont des cibles parfaites pour les nukeurs. Les attaques directes sont souvent destructives pour votre système car elles peuvent déclencher le redémarrage de votre ordinateur ou pire encore, le formatage de votre disque si l'attaquant utilise un logiciel de prise de contrôle (voir Chevaux de Troie).
Pour détecter une intrusion, il faut être vigilant. Elle se caractérise par un ralentissement de votre ordinateur et une activité anormale ou par l'apparition d'un écran bleu (du type erreur fatale). Pour se défendre face à ce type d'attaque, il vous faut utiliser un Firewall mis à jour.
Vous pouvez également y adjoindre NukeNabber 2.9 (785 ko) qui surveille les ports de votre ordinateur et redémarre la machine de l'intrus après avoir mémorisé son adresse IP. Vous êtes alors en mesure de porter plainte auprès de son fournisseur d'accès en indiquant cette adresse IP et l'heure approximative de l'intrusion.

 

Les Virus



Un virus est un programme informatique (souvent court) introduit dans un système à l'insu de l'utilisateur. Le virus a pour mission première de se propager en infectant les cibles désignées par son concepteur. Après cette période d'incubation, il se manifeste de façon plus ou moins agressive. Les actions des virus sont très diverses. Cela peut aller de l'affichage d'un message humoristique accompagné d'une musique au formatage complet du disque dur. Les virus sont une menace réelle. De petite taille et souvent furtifs, ils se propagent facilement via la messagerie électronique et tout ordinateur connecté à Internet devient une cible potentielle.

Les virus sont nombreux et de types différents :

  • Virus de fichiers : ces virus se greffent sur une application en ajoutant leur code à celui des exécutables. Ils s'installent en mémoire centrale.
  • Virus compagnons : ces virus se contentent de copier un EXE et ajoute l'extension .COM à la copie infectée qu'ils placent dans le même répertoire. L'EXE lui, reste sain et on ne peut déceler dans celui-ci aucunes traces du passage d'un virus. Lorsque l'EXE sera appelé, c'est la copie en .COM qui aura priorité et donc qui sera lancée.
  • Virus d'amorce de disque : ces virus remplacent le code de l'amorce d'un disque par leur propre code. De là, ils peuvent contaminer d'autres lecteurs de la même manière. Ces virus sont moins nombreux mais très répandus car ils se propagent facilement.
  • Virus des tables de partition : assez semblables aux virus d'amorce de disque, ces virus se chargent dans les tables de partitions. Un reformatage du disque ne modifie pas la table de partitions et ne supprime donc pas ce type de virus.
  • Virus furtifs : ce type de virus échappe à la plupart des moyens de détection en se camouflant. Il soustrait, en effet, sa longueur à la longueur du fichier infecté. La taille de celui-ci ne semble donc pas avoir été modifié et il n'y a alors aucune raisons de soupçonner que le fichier abrite un virus.
  • Virus polymorphes (ou mutants) : ces virus ont la capacité de modifier leur aspect à chaque nouvelle contamination d'un fichier. L'élimination de tels virus est ardue car ils sont présents sous différentes identités.
  • Virus piéges : ce type de virus associe deux virus : l'un connu et l'autre inconnu. L'utilisateur détecte le premier et le supprime pensant avoir écarté la menace. Le second virus se propage alors et infecte le système.
  • Rétrovirus : ces virus ont été conçus pour déjouer l'action d'un logiciel antivirus spécifique. Ils restent détectables par d'autres antivirus.

Les formats des fichiers infectés sont eux aussi variés. Ainsi les fichiers .EXE, .COM, .DLL, et .SYS peuvent être la cible des virus. Certains virus s'attaquent même aux fichiers de données .DOC crées par Word. Les symptômes d'une infection virale ne sont pas toujours évidents. Le ralentissement général de l'ordinateur, les messages d'erreurs inattendus, le plantage de l'ordinateur, la modification de fichiers et en règle générale le comportement anormal de votre système, sont tout autant de signes d'infection. La prévention reste la meilleure arme contre les virus. Ne téléchargez rien à partir de sites douteux et n'ouvrez en aucun cas les pièces jointes aux emails suspects ou avec une accroche grossière du genre :

" Vous avez gagné un million de francs ! "

Un bon Antivirus mis à jour régulièrement reste la meilleure solution pour éradiquer les virus.
Il est également conseillé de mettre fréquemment son système d'exploitation à jour en téléchargeant les updates.

 

Mise en page par emjee pour @minfor-Virtuel

Retour aux @stuces

 


09:15 Écrit par clubinfo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/12/2003

Intaller, utiliser et paramétrer KazaA

Intaller, utiliser et paramétrer KazaA
 
Possibilité d'obtenir le fichier au format **.pdf avec copie d'écran, un courriel et votre adresse e-mail. Le fichier suivra !
 

Bien utiliser Kazaa

 

Logiciel de Peer to Peer (P2P) le plus utilisé actuellement, Kazaa vous permet de télécharger de la musique, des films, des clips vidéo, des logiciels et des jeux ainsi que n'importe quel type de document.

 

Kazaa utilise la technologie de serveurs décentralisés FasTrack qui permet l'échange de tout type de fichiers entre ses utilisateurs.

 

Que cela soit une chanson rare enregistrée en concert ou le dernier album de votre artiste favori, vous trouverez à coup sûr votre bonheur sur Kazaa.

 

Le P2P : ce que dit la loi

En France, le cadre juridique applicable au téléchargement de musique en ligne dépend pour le moment du Code de la Propriété Intellectuelle et bientôt de nouvelles directives européennes. Seuls les fichiers distribués avec l'accord de leurs ayants droit sont donc licites. Il est donc interdit de placer des fichiers illicites en partage sur un réseau P2P ou bien de les télécharger.

 

L'article L. 335-4 du Code de la Propriété Intellectuelle prévoit une peine d'emprisonnement de deux ans et une amende de 150 000 € pour toute fixation, reproduction, communication ou mise à disposition du public d'un phonogramme, à titre onéreux ou gratuit, réalisée sans l'autorisation lorsqu'elle est exigée, de l'artiste interprète, du producteur de phonogrammes ou de vidéogrammes ou de l'entreprise de communication audiovisuelle.

 

Que risquez vous vraiment ?

Même si la RIAA (Recoding Industry Association of America) représentant les grandes maisons de disque est passé à l'attaque en poursuivant des partageurs de fichiers, vous avez peu de chance de vous faire pincer. En effet, plusieurs techniques sont utilisées par Kazaa Lite K++, le programme utilisé dans ce dossier, pour rester anonyme. En effet, il est impossible par défaut à un autre utilisateur de consulter la liste des fichiers que vous partagez. De plus, le programme bloque par défaut les adresses IP des ordinateurs suspectés d'appartenir aux majors.

 

Les alternatives légales

Si vous n'avez pas envi de prendre de risque, vous pouvez vous tourner vers les services de téléchargement en ligne payant pour la musique : MSN Music Club, Pressplay (http://www.pressplay.com/ ), iTune (http://www.apple.com/itunes/ ), Rhapsody (http://www.listen.com/ ), e-Compil (http://www.e-compil.fr/ ) par exemple.

Selon le service, il est possible d'écouter des musiques en ligne en streaming, de les télécharger pour pouvoir les écouter à volonté, de les utiliser sur un lecteur portatif supportant les formats protégés, et enfin les graver sur CD. Comptez au minium 1 € par musique téléchargé.

 

Installer Kazaa Lite K++

 

La version originale de Kazaa comprenant des logiciels espions et étant bourrée de publicités, préférez la version épurée Kazaa Lite K++. Cliquez ici (../../../logitheque/kazaa_lite.htm) pour accéder à la fiche de Kazaa Lite K++ et le télécharger.

 

Installez Kazaa Lite K++ en double cliquant sur le fichier que vous venez de télécharger. Après avoir validé la licence, vous arrivez à la fenêtre de sélection des composants. La sélection par défaut suffisant pour un usage standard, vous pouvez passer à l'étape suivante.

 

Néanmoins, si vous souhaitez modifier les composants installés, ajoutez ou retirez-les de l'installation en suivant les informations suivantes.

 

Avi Preview *

Permet de visualiser des fichiers video en cours de téléchargement.

K-Dat *

Permet de modifier les informations (nom du fichier, titre, auteur, répertoire de destination) des fichiers en cours de téléchargement.

K-Sig *

Permet de gérer les liens Sig2Dat utilisés par certains sites pour télécharger directement un fichier sans passer par la recherche.

KaZuperNodes *

Permet de choisir le noeud du réseau sur lequel vous souhaitez vous connecter.

IP Bloquer Updater *

Permet de mettre à jour automatiquement la liste des adresses IP à bloquer.

Send Sig2Dat QuickLinks directly to Kazaa Lite K++ *

Permet de rediriger les liens Sig2Dat directement dans le programme pour débuter immédiatement le téléchargement.

Enable IP Bloquer *

Permet de bloquer les organisations (RIAA par exemple) cherchant les utilisateurs partageant des fichiers illégaux.

Enable XP Look *

Permet à Kazaa d'adopter le "look" de Windows XP.

Block incoming messages

Permet de bloquer tous les messages privés envoyés par les autres utilisateurs.

Delete all Kazaa Lite registry keys before installing

Efface les clés qu'une ancienne version de Kazaa Lite aurait laissé dans le Registre de Windows. A utiliser si vous avez eu des problèmes avec des versions antérieures du programme.

Add Kazaa Lite K++ websites to favorites *

Ajouter le site des auteurs de Kazaa Lite K++ dans les favoris.

Supertrick

Permet de bloquer certaines publicités sur les sites Web visités avec le navigateur intégré à Kazaa.

 

* : composant installé par défaut.

 

Continuez l'installation puis cliquez sur le bouton Terminer.

 

Kazaa Lite K++ se lance alors si vous avez laissé cochée la case Start Kazaa Lite K++ now.

 

Configurer Kazaa

 

L'assistant de configuration de Kazaa Lite s'ouvre alors. Il va vous permettre de définir votre nom d'utilisateur, l'emplacement où seront stockés les fichiers téléchargés et vos paramètres de connexion à Internet afin d'optimiser les transferts.

Cliquez sur le bouton Suivant pour passer à la configuration de votre nom d'utilisateur Kazaa.

 

Choisissez votre nom d'utilisateur puis saisissez-le dans le champ du même nom. Notez que ce nom peut déjà exister sur le réseau, il n'a pas à être unique. Vous pouvez également personnaliser le nom réseaux si cela vous fait plaisir.

 

Sachez que ces 2 paramètres n'ont aucune incidence sur le fonctionnement de Kazaa, vous pouvez donc laisser les noms par défaut. Cliquez ensuite sur le bouton Suivant.

 

Plus important, vient alors la configuration du dossier dans lequel les fichiers téléchargés seront enregistrés.

 

Sélectionnez l'emplacement de votre dossier partagé (cela signifie que les autres utilisateurs de Kazaa pourront y téléchargés vos fichiers) en cliquant sur le bouton […].

 

N'hésitez pas à choisir un dossier avec un nom plus explicite que My Shared Folder, Mes téléchargements Kazaa par exemple.

Placez ce dossier sur un disque aillant suffisamment d'espace disque libre. Pour rappel, un album complet de musique au format MP3 pèse une centaine de Mo tandis qu'il faut compter environ 700 Mo pour un film au format DivX.

 

Kazaa et partage

L'essence même de Kazaa et plus généralement du P2P réside dans le partage de l'information. Ainsi, pour que le réseau conserve son équilibre, il est nécessaire que vous partagiez vos ressources. Même si votre bande passante est limitée, en partageant des fichiers, vous contribuerez à l'existence de la communauté P2P.

 

Cliquez ensuite sur le bouton Suivant pour passer à la configuration de votre connexion Internet. Cette étape est très importante puisque de là, dépend l'efficacité de Kazaa.

Déroulez la liste des connexions Internet proposées puis sélectionnez celle correspondant à votre connexion. Si vous ne savez la connexion que vous possédez, renseignez vous auprès de votre fournisseur d'accès.

 

Ainsi, pour une connexion ADSL classique en 512/128 Kbps, choisissez ADSL 512/128. Si vous êtes en 56 Kbps, choisissez 56K Modem.

 

Cliquez enfin sur le bouton Suivant puis sur Terminer pour fermer l'assistant de configuration et exécuter Kazaa.

 

Présentation de l'interface

 

L'interface principale de Kazaa apparaît alors à l'écran.

 

Dès son lancement, Kazaa se connecte au réseau FastTrack. Lorsque vous êtes connectés, vous en êtes averti par un message en bas à droite dans la barre d'état du programme. Cette barre d'état vous renseigne également sur le nombre de fichiers que vous partagez, le nombre d'utilisateurs connectés ainsi que le nombre de fichiers disponibles.

 

Notez l'information concernant votre niveau de participation en bas à gauche :

 

Dans la version standard de Kazaa, plus vous partagez de fichiers, plus votre niveau est élevé. Ceci vous permet d'être prioritaire sur les téléchargements. Pratique, la version Lite de Kazaa permet d'être automatiquement au niveau le plus élevé, même en partageant que peu de fichiers.

 

La barre d'outils de Kazaa vous donne accès aux principaux outils et fonctionnalités du programme.

 

Web

Vous permet d'accéder via une interface Web locale à des services et des ressources complémentaires à Kazaa Lite.

 

Mon Kazaa ++

Vous permet d'accéder à la liste de vos fichiers partagés.

 

Théâtre

Vous permet de visionner les vidéos et d'écouter la musique qui se trouvent dans votre dossier partagé.

 

Recherche

Vous permet de lancer des recherches de fichiers sur le réseau FastTrack

 

Traffic

Certainement l'outil le plus utilisé, la fenêtre Traffic contient la liste des transferts (téléchargement et envoi) en cours. C'est ici que se fait la gestion des transferts (avancement, arrêt, …)

 

Mon dossier partagé

Mon dossier partagé est un lien vers le dossier contenant les fichiers que vous avez téléchargés et qui sont à la disposition des autres utilisateurs. Notez que tant qu'un fichier n'est pas entièrement téléchargé, son extension est de type .DAT. Celle-ci reprend son format d'origine (AVI, MP3 par exemple) dès que le fichier est téléchargé intégralement.

 

Configurer le partage

 

Kazaa étant un logiciel de partage, il est logique que vous mettiez à la disposition des autres utilisateurs vos fichiers.

Pour sélectionner les fichiers et dossiers à partager, cliquez sur le menu Options puis sur Trouver des fichiers médias à partager. Vous avez alors le choix entre deux méthodes pour sélectionner les dossiers à partager : une méthode automatique et une autre manuelle.

 

L'inconvénient de la méthode automatique qui analyse votre disque dur à la recherche de fichiers à partager est que vous n'avez pas vraiment de contrôle sur ce qui est partagé (documents personnels, etc…). Préférez donc la seconde méthode qui vous permet de sélectionner vous-même les dossiers à partager.

 

Pour cela, cliquez sur le bouton Liste des dossiers. Déroulez l'arborescence puis cochez la case devant le ou les dossiers à partager.

 

Notez que tous leurs sous-dossiers seront également partagés. Validez alors par OK.

 

Quels dossiers sont partagés ?

En plus des dossiers que vous sélectionnerez pour partager leur contenu, le dossier de stockage des fichiers téléchargés que vous avez spécifié après l'installation (C:My Shared Folder par défaut), dans l'assistant de configuration, est également partagé.

 

Configurer le programme

 

Avant de commencer la recherche de fichiers, il est nécessaire de bien configurer le programme. Ceci est la clé pour tirer le meilleur parti de Kazaa.

Par défaut, Kazaa est configuré de manière optimale suivant la connexion Internet que vous avez indiquée lors de l'installation. Parmi les autres options activées par défaut, citons :

 

PL Constant 1000

Permet d'avoir le niveau de participation maximal

 

Bloquer les blocs réseaux malicieux (ex RIAA)

 

Les utilisateurs ne peuvent obtenir une liste de vos fichiers

 

Vidage de l'historique de recherche à la sortie

 

Désactiver le port 1214 (pour des raisons de sécurité)

 

Ne pas stocker les IP local dans les fichiers DAT

 

Ne pas devenir Supernode

Pour ne pas servir de relais pour la transmission des recherches des autres utilisateurs. Etre Supernode vous permet d'obtenir plus de résultats lors des recherches au détriment d'une charge en bande passante accrue.

 

Filtrer les faux fichiers musicaux et vidéos

Pour personnaliser ces réglages et accéder à d'autres options, comme le réglage d'un proxy, ou du contrôle parentale, déroulez le menu Options puis cliquez sur Options Kazaa ++.

 

Rechercher des fichiers

 

Pour rechercher des fichiers sur Kazaa, vous devez préalablement être connecté à Internet et à Kazaa. Cette information est donnée dans la barre d'état en bas à droite du programme.

La connexion est automatique au lancement de Kazaa. Si vous êtes déconnecté, cliquez sur le menu Fichier puis sur Connecter pour vous connecter.

 

Cliquez alors sur le bouton Recherche de la barre d'outils pour accéder à la fenêtre de recherche.

 

Le panneau de gauche vous permet de spécifier les critères de recherche. Dans celui-ci, la rubrique Search Options vous permet d'activer l'option Auto Search More. Laissez cette option cochée pour lancer la recherche pendant 2 minutes (intervalle par défaut) et ajouter ainsi de nouveau résultats régulièrement.

 

Avant de saisir les mots clés, sélectionnez le type de fichier recherché : Audio, Vidéo, Images, Documents, Logiciels ou Listes d'écoutes. Sélectionnez donc par exemple Audio pour rechercher de la musique.

 

Saisissez vos mots clés de recherche dans la zone de texte Recherche. Sélectionnez également dans quel élément rechercher : Tout, le titre d'un film, d'une musique, d'un document, ou bien le nom d'un artiste.

 

Si ces options ne vous suffisent pas, cliquez sur le lien Plus d'options de recherche.

De nouvelles options de recherche apparaissent. Pour une recherche audio, cochez par exemple la case Album puis saisissez le nom de l'album recherché.

 

Cliquez alors sur le bouton Chercher maintenant pour débuter la recherche. Cela peut prendre quelques minutes.

 

Les résultats de la recherche s'affichent alors dans le cadre droit de la fenêtre. Des colonnes vous donnent plusieurs informations sur les fichiers trouvés.

 

Gagner de la place

Pour avoir le plus d'informations à l'écran, vous pouvez fermer le panneau de recherche en cliquant sur la petite croix dans son coin supérieur droite. Pour le retrouver par la suite, cliquez sur le bouton Champ de recherche de la barre d'outils de Kazaa.

 

Titre

Titre du fichier.

 

Intégrité

Note attribué par les utilisateurs au fichier (poor, average ou excellent). Si l'intégrité est Poor, évitez de télécharger le fichier.

 

Artiste

Artiste du fichier.

 

Taille

Taille du fichier. Si la taille du fichier est trop petite (par rapport aux autres résultats), le fichier est certainement incomplet ou de moins bonne qualité.

 

Utilisateur

Nombre d'utilisateur possédant le fichier. Généralement, plus il y a d'utilisateurs, plus le téléchargement sera rapide. Si plusieurs utilisateurs possèdent ce fichier, une petite croix apparaît devant le nom du fichier. En cliquant dessus, vous afficherez le nom des utilisateurs ayant ce fichier.

 

Temps de téléchargement

Durée estimée pour télécharger le fichier.

 

Bande passante

Indice calculé sur le taux de transfert des utilisateurs possédant le fichier. Plus cet indice est grand, plus il y a de chance que le téléchargement soit rapide.

 

Nom du fichier

Nom exact du fichier. A consulter pour savoir si le fichier correspond bien à ce qu'il a l'air d'être. Cela permet également de voir l'extension du fichier.

 

D'autres colonnes sont également présentes suivant le type de fichiers que vous recherchez. Ainsi si vous recherchez un fichier audio, une colonne intitulée Qualité vous indique le bitrate du fichier. Pour les fichiers vidéo, vous pourrez connaître par exemple leur résolution et leur langue.

Lorsque votre choix est fait, double cliquez sur le fichier que vous souhaitez télécharger.

 

L'icône du fichier change alors. Ce dernier est désormais dans votre liste de transfert.

 

Aucun résultat satisfaisant n'a été trouvé

Si la recherche n'a retourné aucun résultat ou si ceux-ci ne correspondent pas à ce que vous cherchez, cliquez sur le bouton Chercher plus du Panneau de recherche. N'hésitez pas à revoir les mots clés que vous avez utilisés ainsi que les options de recherche que vous avez spécifiées afin qu'elles ne restreignent pas trop la recherche.

Si au bout du compte, vous ne trouvez toujours rien, vous pouvez changer le noeud du réseau auquel vous êtes connecté. Pour cela, cliquez sur le menu Fichier puis cliquez sur Jump Supernode. Vous êtes alors déconnecté du réseau puis reconnecté à un autre nœud. Recommencez alors votre recherche.

 

Gérer ses transferts

 

Cliquez sur le bouton Traffic de la barre d'outils de Kazaa pour accéder à la fenêtre de gestion des transferts. C'est ici qu'apparaissent les fichiers en cours et en attente de téléchargement ainsi que ceux que vous envoyez aux autres utilisateurs.

 

Dans la partie supérieure de la fenêtre, tous les fichiers en cours ou en attente de téléchargement sont présents. Comme pour la recherche, des colonnes vous donnes des informations intéressantes.

Ainsi, la colonne Progress vous renseigne de l'avancement du téléchargement. Time Remaining contient l'estimation du temps restant pour finir de télécharger le fichier. La quantité de données téléchargée et la taille totale du fichier sont renseignées dans la colonne Downloaded/Total Size. Enfin, la colonne Speed contient votre vitesse de téléchargement.

 

Suivant votre connexion à Internet, plus ou moins de fichier peuvent être téléchargés en même temps. Cependant, pour forcer le téléchargement d'un fichier, cliquez dessus avec le bouton droit de la souris puis choisissez la commande Resume. Vous pouvez aussi sélectionner le fichier puis cliquez sur le bouton Reprendre de la barre d'outils.

 

Vérifier que le fichier vidéo téléchargé correspond à ce que vous souhaitiez

Il peut arriver qu'après avoir téléchargé un fichier vidéo, on se rende compte que ce n'est pas du tout ce à quoi on s'attendait. Plutôt que de télécharger l'intégralité d'une vidéo pour s'en rendre compte, vous pouvez visionner ce que vous avez déjà téléchargé. Cliquez sur le fichier avec le bouton droit de la souris puis choisissez la commande Preview With puis cliquez sur Avi Preview.

 

Pour annuler ensuite le téléchargement d'un fichier, sélectionnez-le puis cliquez sur le bouton Annuler.

 

Enfin, pour nettoyer de la fenêtre de téléchargement les fichiers téléchargés et annulés, cliquez sur n'importe quel fichier avec le bouton droit de la souris puis cliquez sur Effacer les fichiers téléchargés ou erronés.

 

Augmenter la vitesse de téléchargement

Pour augmenter la vitesse de téléchargement d'un fichier, vous pouvez demander à Kazaa qu'il cherche d'autres utilisateurs possédant le fichier. Pour cela, cliquez avec le bouton droit de la souris sur le fichier dont vous souhaitez améliorer la vitesse de téléchargement puis choisissez la commande Trouver plus de sources pour le téléchargement.

 

Accédez aux fichiers téléchargés

Les fichiers téléchargés sont disponibles dans le dossier que vous avez spécifiez lors de l'installation, My Share Folder par défaut. Cliquez sur le bouton Mon dossier partagé pour y accéder directement.

 

Fermer Kazaa

Lorsque vous cliquez sur la croix en haut à droite de la fenêtre de Kazaa pour le fermer, cela le réduit en arrière plan. Les téléchargements continuent alors sans vous perturber dans votre travail. Pour quitter le programme, cliquez sur le menu Fichier puis sur Quitter.

 

Retirez les pubs de Kazaa

 

Si vous utiliser la version normale de Kazaa, celle-ci contient des bannières publicitaires. Pour les retirer, c'est très simple. A l'aide de l'explorateur Windows, ouvrez le dossier C:/ Windows/ System32. Supprimez ensuite le dossier AdCash. Créez un nouveau fichier intitulé Adcash sans mettre d'extension et de type de fichier. Validez. Vous pouvez redémarrer Kazaa, les publicités ont disparu.

 

Ne plus recevoir les messages d'autres utilisateurs - Kazaa

 

Vous en avez assez d'être importuné par les messages des autres utilisateurs ? Sachez que vous pouvez désactiver cette fonctionnalité. Pour cela, cliquez sur le menu Options puis sur Options de Kazaa. Cliquez ensuite sur l'onglet Messages puis cochez la case Ignorer tous les messages qui arrivent. Validez alors par OK.

 

Modifier l'ordre des colonnes  Kazaa

 

Pour vérifier qu'un fichier correspond bien à ce que vous souhaitez, Kazaa dispose d'une colonne indiquant le nom et l'extension des fichiers. Le problème est que cette colonne est toute à droite et qu'il est nécessaire d'utiliser la barre de défilement pour y accéder. Vous ne l'avez donc pas immédiatement sous les yeux. Pour la mettre plus à gauche, il vous suffit de cliquer sur son en-tête puis de la déplacer à un endroit plus accessible. Relâchez enfin le bouton de la souris. Notez que vous pouvez utiliser cette méthode pour organiser l'ordre des colonnes à votre convenance.

 

Source : PCAstuces.com




14:59 Écrit par clubinfo | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

25/11/2003

Désactiver les services inutiles - Windows XP & 2000

Désactiver les services inutiles


Chargés et exécutés au démarrage de Windows 2000 et XP, les services sont des programmes qui fonctionnent en arrière plan et qui offrent certaines fonctionnalités plus au moins utiles au système : réseau, serveur Web, support des cartes à puce, etc...  De nombreux services inutiles sont ainsi démarrés et consomment inutilement des ressources système. Pour libérer de la mémoire vive et accélérer Windows, vous pouvez donc désactiver les services inutiles. Vous trouverez dans la suite de ce dossier la façon de modifier la configuration des services, la liste des services de Windows 2000 et XP ainsi que nos recommandations afin d'optimiser au mieux et sûrement votre système.

  • Configurer les services

Le paramétrage des services se fait par l'intermédiaire de la console des services accessible dans les Options d'administration du Panneau de configuration. Cliquez sur le bouton Démarrer, sur Paramètres puis sur Panneau de configuration. Double cliquez ensuite sur les Outils d'administration puis sur l'outil Services.

Pour y accéder plus rapidement ou si les outils d'administration ne sont pas disponibles, cliquez sur le bouton Démarrer puis sur Exécuter. Saisissez la commande services.msc puis validez par Entrée. La fenêtre des services s'ouvre alors et vous renseigne sur l'état de chaque service, c'est à dire s'il est démarré ou arrêté.

Pour chacun des services, trois types de démarrage sont possibles :

·  Automatique : Le service est démarré automatiquement au démarrage de Windows

·  Manuel : Le service est démarré lorsqu'une application ou un autre service en a besoin

·  Désactivé : Le service ne pas être démarré.

Vous trouverez dans les pages suivantes les types de démarrage par défaut des services de Windows 2000 et Windows XP ainsi que nos recommandations pour optimiser sûrement votre système.

Pour modifier le type de démarrage d'un service, double cliquez sur ce dernier dans la fenêtre des services. La fenêtre de propriétés du service s'affiche alors.

Déroulez alors la liste Type de démarrage puis choisissez alors le type de démarrage que vous souhaitez, désactivé par exemple.

Pour arrêter immédiatement un service actif, cliquez sur le bouton Arrêter. Validez enfin par OK. Le démarrage du service est alors modifié.

 

Vous trouverez dans les pages suivantes la description de tous les services de Windows XP ainsi que le type de démarrage que nous vous conseillons pour chacun d'eux. Les réglages proposés sont également valables pour Windows 2000.

  • Guide des services de Windows 2000 & XP

Nom du service

Démarrage par défaut

Démarrage conseillé

Remarques

Accès à distance au Registre

Automatique

Désactivé

Pour des raisons de sécurité, désactivez ce service.

Acquisition d'image Windows (WIA)

Manuel

Manuel

Si votre scanner ou webcam ne fonctionne pas correctement, utilisez le démarrage automatique.

Administration IIS

Automatique

Désactivé

Si vous avez créé avec IIS un serveur Web, FTP ou SMTP sur votre ordinateur, placez le service en automatique. Sinon, vous pouvez le désactiver.

Affichage des messages

Automatique

Désactivé

Une faille dans ce service permet à n'importe qui de vous envoyer des messages à partir d'Internet qui s'affichent dans une boite de dialogue. De nombreux sites peu scrupuleux utilisent cette méthode pour faire de la publicité pour leurs produits. Désactivez ce service.

Aide et support

Automatique

Manuel

Si vous ne vous servez pas du tout ou très peu de cette application, placez le service en démarrage manuel afin de le démarrer lorsque vous en aurez besoin.

Appel de procédure distante (RPC)

Automatique

Automatique

Ce service est indispensable, de nombreux autres services en dépendant. Laissez-le donc sur automatique.

Application système COM+

Automatique

Automatique

Laissez ce service démarrer automatiquement, de nombreux autres services nécessaires au bon fonctionnement de votre ordinateur en dépendent.

Assistance TCP/IP NetBIOS

Automatique

Désactivé

Si vous n'utilisez pas le protocole NetBIOS, désactivez ce service pour plus de sécurité, trois ports étant ouverts.

Audio Windows

Automatique

Automatique

A moins de ne pas avoir de carte de son dans votre ordinateur, laissez ce service en démarrage automatique sinon, plus aucun son ne pourra être joué par votre ordinateur.

Avertissement

Manuel

Désactivé

Vous pouvez désactiver ce service.

Carte à puce

Manuel

Désactivé

Si vous avez besoin de l'authentification par carte à puce sur votre ordinateur, laissez le service en démarrage automatique.

Carte de performance WMI

Manuel

Désactivé

Vous pouvez désactiver ce service.

Cliché instantané de volume

Manuel

Manuel

Utilisé conjointement avec le service MS Software Shadow Copy Provider, certains utilitaires de sauvegarde comme Microsoft Backup ou Norton Ghost peuvent avoir besoin de ce service pour fonctionner correctement.

Client de suivi de lien distribué

Automatique

Manuel

Vous créez par exemple un fichier sur un ordinateur puis un raccourci vers ce fichier sur un autre ordinateur du réseau. Si vous déplacez le fichier à un autre emplacement, ce service permet de mettre à jour automatiquement le raccourci qui se trouve sur le second ordinateur. Si cette fonctionnalité est très intéressante pour un réseau assez important (plusieurs dizaines de machine au moins), l'intérêt est limité dans les autres cas. Désactivez-le donc.

Client DHCP

Automatique

Automatique

Ce service est nécessaire pour vous connecter à Internet à moins que vous ayez une adresse IP fixe. Si votre ordinateur ne dispose pas d'accès à Internet, vous pouvez placer le démarrage de ce service en manuel.

Client DNS

Automatique

Automatique

Démarré, ce service vous permet d'accélérer l'accès aux sites Web que vous consultez souvent.

Compatibilité avec le Changement rapide d'utilisateur

Manuel

Manuel

Ce service permet de changer rapidement d'utilisateur sans fermer aucun problème. Si vous ne vous servez pas de cette fonctionnalité, vous pouvez désactiver le service associé.

Configuration automatique sans fil

Automatique

Désactivé

Si vous n'utilisez aucun périphérique réseau sans fil, vous pouvez désactiver ce service.

Nom du service

Démarrage par défaut

Démarrage conseillé

Remarques

Connexion secondaire

Automatique

Désactivé

Vous pouvez désactiver ce service. L'option Exécuter en tant que du menu contextuel qui apparaît après un clic droit sur un exécutable ne sera alors plus disponible.

Connexions réseau

Manuel

Manuel

Si vous n'avez pas de réseau ni d'accès à Internet ou que vous ne modifiez pas fréquemment votre configuration réseau, vous pouvez désactiver ce service. Si les connexions réseau n'apparaissent plus dans la barre des tâches de Windows ni dans le dossier Connexions réseau et accès à distance, elles restent toutefois actives.

DDE réseau

Manuel

Désactivé

A moins d'utiliser le Gestionnaire de l'Album qui permet de couper ou copier des informations que vous pouvez partager avec d'autres utilisateurs sur un réseau, vous pouvez désactiver ce service, sinon, placez le sur manuel.

Détection matériel noyau

Automatique

Automatique

Service permettant de prendre en compte immédiatement les cartes de stockage, les DVD et vous proposant de choisir dans une liste une action à effectuer dès leur détection.

Distributed Transaction Coordinator

Manuel

Désactivé

Désactivez ce service sauf si vous utilisez Message Queuing.

DSDM DDE réseau

Manuel

Désactivé

Comme pour le service DDE réseau, vous pouvez désactiver ce service, sauf si vous utilisez le Gestionnaire de l'Album.

Emplacement protégé

Automatique

Automatique

Si vous n'enregistrez aucun mot de passe dans vos applications (Outlook, connexion Internet) et ne gérez aucune clé privé pour crypter vos documents sensibles, alors vous pouvez désactiver ce service.

Explorateur d'ordinateur

Automatique

Automatique

Au moins un ordinateur sur votre réseau doit avoir ce service activé. A vous de choisir lequel en fonction de l'utilisation et de la configuration des autres ordinateurs. Pour tous les autres ordinateurs, vous pouvez désactiver le service. Bien entendu, si vous ne disposez pas de réseau local, ce service est inutile. Vous pouvez le désactiver.

Extensions du pilote WMI

Manuel

Manuel

Laissez ce service sur manuel.

Fax

Manuel

Désactivé

Selon votre besoin, laissez ce service sur Manuel ou désactivez-le.

Fournisseur de la prise en charge de sécurité LM NT

Manuel

Désactivé

Désactivez ce service sauf si vous faites tourner un serveur Telnet ou le composant Message Queuing.

Gestion d'applications

Manuel

Manuel

Service utilisé pour ajouter et retirer les services d'un applications.

Gestionnaire de comptes de sécurité

Automatique

Automatique

Ce service est nécessaire pour administrer un serveur IIS. Il est également nécessaire pour appliquer les modifications de votre configuration réalisées avec l'utilitaire de stratégie de groupe (gpedit).

Gestionnaire de connexion automatique d'accès distant

Manuel

Manuel

Ce service peut être nécessaire à votre connexion Internet selon le processus de connexion de votre fournisseur d'accès. Désactivez ce service. Si vous rencontrez par la suite des problèmes pour vous connecter à Internet, placez ce service en mode de démarrage automatique.

Gestionnaire de connexions d'accès distant

Manuel

Manuel

Ce service est nécessaire si vous utilisez le partage de connexion Internet. Selon votre fournisseur d'accès, vous pouvez également en avoir besoin ou non. Si votre connexion Internet ne fonctionne plus après avoir désactivé le service, réglez-le en automatique.

Gestionnaire de disque logique

Automatique

Manuel

Ce service est nécessaire pour exécuter le gestionnaire de disque, accessible dans la Microsoft Management Console.

Gestionnaire de l'Album

Manuel

Désactivé

A moins d'utiliser le Gestionnaire de l'Album qui permet de stocker les informations et les partager avec des ordinateurs à distance activez ce service.

Gestionnaire de session d'aide sur le Bureau à distance

Manuel

Désactivé

Si vous n'utilisez pas la fonctionnalité d'assistance à distance, désactivez ce service.

Gestionnaire de téléchargement

Automatique

Désactivé

Service utilisé pour envoyer des informations sur vos pilotes à Microsoft pour vérifier la disponibilité des informations.

HID Input Service

Désactivé

Désactivé

Si les boutons de fonctionnalités avancées de votre clavier ou de votre scanner ne fonctionne plus, réactivez le service.

Horloge Windows

Automatique

Désactivé

Laissez ce service activé pour mettre à jour automatiquement l'heure de votre ordinateur.

Nom du service

Démarrage par défaut

Démarrage conseillé

Remarques

Hôte de périphérique universel Plug-and-Play

Manuel

Désactivé

Ce service permet de se connecter par TCP/IP à des périphériques réseaux comme une imprimante. Désactivez ce service si vous n'utilisez pas de tels périphériques.

Infrastructure de gestion Windows

Automatique

Automatique

Ce service est nécessaire au bon fonctionnement de Windows.

Journal des événements

Automatique

Automatique

Laissez ce service activé. Il permet de conserver un historique des problèmes rencontrés par les applications. Pratique pour trouver la cause d'un problème.

Journaux et alertes de performance

Automatique

Désactivé

Laissez ce service activé uniquement si vous utilisez le moniteur système pour enregistrer l'activité de votre ordinateur.

Localisateur d'appels de procédure distante (RPC)

Manuel

Manuel

Réactivez le service si vous constatez des déconnexions réseau.

Mises à jour automatiques

Automatique

Désactiver

A désactiver pour préserver votre bande passante et télécharger uniquement les mises à jour dont vous avez besoin.

MS Software Shadow Copy Provider

Manuel

Manuel

Certains utilitaires de sauvegarde comme Microsoft Backup ou Norton Ghost peuvent avoir besoin de ce service.

NLA (Network Location Awareness)

Manuel

 

Service nécessaire sur l'ordinateur faisant office de passerelle si vous utilisez le partage de connexion Internet.

Notification d'événement système

Automatique

Automatique

Ce service informe les autres services lorsqu'un évènement système a lieu

Onduleur

Manuel

Désactivé

Si vous utilisez un onduleur qui se connecte par le port série à votre ordinateur, vous pouvez avoir besoin de ce service.

Ouverture de session réseau

???

Désactivé

Ce service n'est pas nécessaire sur un ordinateur seul ou sur un réseau particulier.

Pare-feu de connexion Internet (ICF) / Partage de connexion Internet (ICS)

Automatique

Automatique

Ce service est nécessaire pour utiliser le pare feu et le partage de connexion Internet intégré à Windows XP. Si vous utilisez un pare-feu ou une application de partage de connexion indépendant, vous pouvez désactiver ce service.

Partage de Bureau à distance NetMeeting

Manuel

Désactivé

Désactivez ce service pour des raisons de sécurité.

Planificateur de tâches

Automatique

Automatique

Certains programmes nécessitent ce service pour planifier des tâches : sauvegarde, antivirus.

Plug-and-Play

Automatique

Automatique

Service nécessaire au bon fonctionnement de votre ordinateur.

Prise en charge des cartes à puces

Manuel

Désactivé

Si vous avez besoin de l'authentification par carte à puce sur votre ordinateur, laissez le service en démarrage automatique.

Publication FTP

Automatique

Désactivé

A démarrer automatiquement uniquement si vous avez un serveur FTP IIS sur votre PC.

Publication World Wide Web

Automatique

Désactivé

A démarrer automatiquement si vous hébergez un site Web IIS sur votre PC.

QoS RSVP

Manuel

Désactivé

Procure un contrôl du trafic sur un réseau utilisant IPSEC et des applications et du matériel supportant la qualité de service.

Routage et accès distant

Manuel

Désactivé

Désactivez ce service pour des raisons de sécurité.

Nom du service

Démarrage par défaut

Démarrage conseillé

Remarques

Serveur

Automatique

Automatique

Service utilisé pour le partage de fichiers et d'imprimantes. Désactivez-le si vous ne partagez aucuns fichiers et aucune imprimante dans votre réseau local.

Service COM de gravage de CD IMAPI

Automatique

Automatique

Ce service est nécessaire pour graver des CD à partir de l'explorateur Windows.

Service d'administration du Gestionnaire de disque logique

Manuel

Manuel

Ce service est nécessaire pour exécuter le gestionnaire de disque, accessible dans la Microsoft Management Console.

Service de découvertes SSDP

Manuel

Désactivé

Ce service est nécessaire si vous vous connectez par TCP/IP à des périphériques réseaux comme une imprimante.

Service de la passerelle de la couche Application

Manuel

Manuel

Ce service est nécessaire si vous utilisez le système de partage de connexion Internet de Windows XP.

Service de numéro de série du lecteur multimédia portable

Automatique

Désactivé

Service utilisé pour identifier les périphériques portable au moyen de leur numéro de série.

Service de rapport d'erreurs

Automatique

Désactivé

A moins de rencontrer de nombreux plantages de votre système et de vouloir en avertir Microsoft, vous pouvez désactiver ce service.

Service de restauration système

Automatique

Désactivé

Désactivez ce service si vous n'utilisez pas la restauration du système qui est une grande gourmande de ressources système. Si vous l'utilisez, démarrez-le automatiquement.

Service de transfert intelligent en arrière-plan

Manuel

Manuel

Le site Windows Update où Microsoft publie les mises à jour de Windows ainsi que certaines fonctions de MSN Explorer et MSN Messenger utilisent ce service pour reprendre les téléchargements après une déconnexion. Il n'est pas nécessaire de laisser ce service démarré en permanence. Placez le en démarrage manuel.

Service d'indexation

Manuel

Désactivé

Très gros consommateur de ressources système, le service d'indexation n'a aucun d'intérêt sur une station de travail.

Services de cryptographie

Automatique

Automatique

Utilisez pour confirmer la signature des fichiers Windows, ce service est nécessaire pour installer les mises à jour de Windows.

Services IPSEC

Automatique

Désactivé

Ce service peut être nécessaire dans les connexions VPN. Activez-le dans ce cas.

Services Terminal Server

Manuel

Manuel

Ce service est nécessaire si vous utilisez l'assistance à distance.

Simple Mail Transfer Protocol (SMTP)

Automatique

Désactivé

A démarrer automatiquement uniquement si vous avez installé un serveur SMTP IIS sur votre PC.

Spouleur d'impression

Automatique

Automatique

Permet d'utiliser votre imprimante.

Station de travail

Automatique

Automatique

De nombreux services reposent du service Station de travail pour fonctionner correctement. Laissez-le donc sur Automatique.

Stockage amovible

Manuel

Manuel

Désactivez ce service si vous n'utilisez de périphériques de stockage amovible comme un lecteur ZIP.

Système d'événements de COM+

Manuel

Manuel

Laissez ce service démarrer automatiquement, de nombreux autres services nécessaires au bon fonctionnement de votre ordinateur en dépendent.

Téléphonie

Manuel

Manuel

Si vous vous connectez à Internet par un modem RTC, vous avez besoin de service. Désactivez-le si vous avez le câble ou l'ADSL.

Telnet

Manuel

Désactivé

Désactivez ce service pour des raisons de sécurité, sauf si vous en avez besoin.

Thèmes

Automatique

Automatique

Service utilisé pour afficher les thèmes de bureau. Désactivez ce service si vous n'utilisez pas de thème de bureau.

WebClient

Automatique

Désactivé

A désactiver pour des raisons de sécurité.

Windows Installer

Manuel

Manuel

Ce service est nécessaire pour installer de nombreux programmes.


 

Source : PCAstuces

 

 

Retour aux @stuces


08:53 Écrit par clubinfo | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

30/10/2003

Le guide anti jargon informatique

Le guide anti jargon informatique

(Source : Le magazine officiel Windows XP)

 

 

Acrobat - Les documents au format PDF (visualisables grâce au logiciel gratuit Acrobat Reader d’Adobe) sont devenus un standard du Web mais aussi un format de diffusion des manuels des logiciels et matériels pour Windows XP.Grâce au format PDF, on lit et ou télécharge facilement ces documents dans leur mise en page d’origine.

*

ActiveX - Inventé par Microsoft, ce nom désigne une technologie qui laisse les logiciels communiquer et interagir par le biais de bouts de code « les composants ActiveX ». C’est grâce à eux que Windows XP est capable de piloter certains programmes et périphériques pour en rendre l’utilisation le plus souvent automatique. Ce sont eux qui permettent à Windows XP de s’auto-administrer.

*

Adresse IP - IP signifie Internet Protocol. Mais sous ce terme mystérieux se cache une suite de chiffres qui ne l’est pas moins. Techniquement, ces quatre valeurs inférieures à 255 et séparées par des points servent à identifier de manière absolument unique une station de travail à l’intérieur d’un réseau. Vous n’êtes pas en réseau ? Pas si sûr, car si vous utilisez Internet, alors vous faites partie du réseau global, aux dimensions planétaires, mais qui fonctionne comme un petit réseau local. En pratique, votre adresse IP vous est fournie soit par Windows XP soit par votre FAI. Mais en cas de besoin, elle se paramètre à l’aide d’un dialogue dédié (cliquer droit sur l’icône de votre connexion Internet, puis Propriétés >> Gestion de réseau >> Protocole Internet TCP/IP >> Propriétés).

*

ADSL - ADSL est synonyme d’Internet à haut débit. Ce type de connexion numérique prend tout son sens avec Windows XP, qui est vraiment conçu pour tirer profit du Web. L’ADSL utilise votre ligne de téléphone, sans vous empêcher de téléphoner en même temps, pour créer un lien rapide (de 128 à 8192 l4Dits/s) avec le portail de votre choix. Pour un forfait mensuel, vos mails vont (beaucoup) plus vite, les pages Web s’affichent quasi instantanément, et les séances de surf sont illimitées dans la durée.

*

Archives - Pour créer une « archive » des fichiers et des dossiers compressés, rien de plus simple avec Windows XR Sur le bureau ou à tout endroit où vous vous trouvez dans l’explorateur, cliquez droit, choisissez Nouveau puis Dossier compressé. Ce dossier se crée, après quoi vous n’avez plus qu’à y faire glisser les fichiers et dossiers que vous voulez y incorporer. Leur compression s’effectue de façon transparente lorsque vous les déposez.

*

Album photo - Les petits programmes d’album photo se vendent par milliers. Pourtant, il en existe un tout fait et très simple dans Windows XP. À partir des propriétés d’affichage, cliquez sur l’onglet Écran de veille, choisissez Album photo dans la liste déroulante et, dans Paramètres, spécifiez le dossier où sont stockées les photos à afficher. Le déclenchement d’un écran de veille s’effectue après x minutes d’inactivité du PC, mais aussi en double cliquant le fichier C:WindowsSystem32 ssmypics.scr (ou en créant un raccourci vers lui).

*

Barres d’outils - La barre des tâches de Windows XP peut vous en donner beaucoup plus. Elle affiche une télécommande du Lecteur Windows Media 9, mais aussi une barre de langues multiples pour le clavier ou encore une barre de liens vers vos sites préférés. Pour activer ces fonctions, cliquez droit sur la barre des tâches et choisissez Barres d’outils.

*

CIé - Une clé est une rubrique du registre, c’est-à-dire une donnée contenant un paramètre utilisé par Windows XP pour déterminer son fonctionnement. Un exemple: lorsque vous modifiez la couleur de votre bureau en gris au lieu de bleu, ce paramètre s’enregistre dans la clé du registre que Windows XP consulte avant d’afficher le bureau. Dans le registre, les clés sont synonymes d’organisation hiérarchique: une clé peut elle-même contenir des sous-clés, comme dans une arborescence. Par ailleurs, sachez que le registre est hiérarchisé à partir de cinq clés prédéfinies (comme HKEY_CL)RRENT_USER, par exemple), dont toutes les autres dépendent.

*

Codec - Acronyme de « codeur-décodeur », un codec est un logiciel ou une puce électronique qui encode ou décode un fichier selon un certain format. En pratique, quand vous jouez « que je t’aime » de Johnny en MP3, vous décodez un fichier musical qui fut préalablement encodé avec des algorithmes MP3. Si le codec n’était pas présent dans votre système Windows XP, le lecteur média afficherait un message disant qu’il ne peut jouer ce fichier car il ne reconnaît pas son format. Windows XP est fourni avec quelques codecs, dont MP3 et WMA pour l’audio, et MPeg-1 et WMV pour la vidéo. D’autres, tels MPeg-2 ou DivX, sont téléchargeables gratuitement sur de nombreux sites spécialisés.

*

Cheval de Troie - Appelés aussi Troyens (ou Trojans en anglais), ces virus ne détruisent pas vos fichiers mais s’invitent dans votre système pour laisser un utilisateur extérieur prendre en mains votre PC et/ou vos données. Si votre antivirus est à jour, vous devriez être à l’abri. Mais gardez toujours à l’esprit l’éventualité de cette menace car Windows XP, de par sa complexité et sa diffusion dans le monde, est une cible favorite des pirates.

*

Compte d’utilisateur - C’est là que sont regroupées toutes les données qui personnalisent Windows XP (ses programmes, son look personnalisé, ses mots de passe, etc.) en fonction de qui l’utilise à un instant T. Les comptes d’utilisateur définissent également les droits de certains utilisateurs sur certains fichiers, sur certains périphériques ou sur le réseau. C’est pourquoi on compte, schématiquement, des « super­-utilisateurs » (les administrateurs), des utilisateurs normaux et des utilisateurs limités. Seuls les premiers définissent les droits des autres.

*

Connexion à chaud -  Si vous utilisez Windows XP avec un portable, alors vous allez apprécier la connexion à chaud qui raccorde celui-ci à sa station d’accueil sans redémarrer le système. Tous les périphériques de la station (deuxième disque dur, graveur de DVD, etc…) sont reconnus immédiatement et opérationnels en quelques instants. Assurément très pratique.

*

Connexion directe par câble - Pour copier entre deux PC Windows XP de longues suites de données (comme des clips vidéo, par exemple), rien de tel qu’un câble. Plus simple et plus souple que le réseau, un câble autorise un système Windows XP à voir les disques durs d’un autre système Windows XP, et donc à y copier ou y lire des fichiers via l’explorateur. En général, une connexion directe est établie au moyen d’un câble de type « null-modem », mais on peut aussi utiliser un câble USB, plus facile et plus rapide.

*

Carte graphique - Toujours plus rapides mais aussi plus bruyantes à cause de leur imposant ventilateur, les cartes graphiques sont la première cause des plantages de Windows XP. Pourquoi ? Parce que l’affichage est un processus très complexe, qui conditionne souvent tout le reste du système. Si votre Windows XP a planté au cours des deux derniers mois, notez sans plus tarder le numéro de version des pilotes de votre carte graphique (via le gestionnaire de périphériques) et allez sur le site du fabricant de celle-ci pour voir s’il n’en existe pas de plus récents à télécharger.

*

Compression - On compresse un fichier ou un dossier pour qu’il diminue de taille et soit ainsi plus facile à copier ou à télécharger. La compression s’effectue en général sans perte de contenu. C’est notamment le cas des compressions de type Zip, Ace ou Rar, les plus répandues. Si la compression est au format Zip, Windows XP saura traiter tout seul le fichier ou le dossier compressé, celui-ci apparaissant sous la forme d’icône de dossier avec une fermeture éclair (qu’on appelle également un « zip »…). Si la compression utilise un autre format, il faudra utiliser un logiciel spécialisé comme WinAce ou WinRar.

*

Cookies - Les cookies sont de petits fichiers laissés sur votre disque dur par les sites Web que vous visitez. Grâce à eux, le site se souvient de vous la prochaine fois que vous y surfez, si bien que vous n’aurez plus à saisir de longs formulaires (ils se saisiront tout seuls) ou à paramétrer des applications en ligne (portefeuille boursier, etc.). Malheureusement, à côté de ces « bons » cookies, d’autres sont plus malicieux et exploitent vos données à votre insu. Au moindre doute sur l’innocuité d’un cookie présent dans votre configuration Windows XP, lancez Internet Explorer puis choisissez Outils >> Options Internet >> Général >> Supprimer les cookies.

*

Console de récupération - Si vous venez de subir une catastrophe grave, genre panne de courant pendant que Windows travaillait, la console de récupération répare normalement votre Windows XP sans devoir le réinstaller. Démarrez votre PC à partir du CD d’origine de Windows XP, pressez la touche [R] et laissez-vous guider.

*

Descripteur de sécurité - Une revue de détail de ces structures de données serait trop complexe pour le cadre de ce dossier. Mais si nous mentionnons les descripteurs de sécurité, propres au système de fichiers NTFS, c’est parce que ce sont eux qui, le plus souvent, empêchent les utilisateurs d’effectuer des copies images de leur disque dur avec des programmes comme Norton Ghost ou Drive Image. Il faut que tous les descripteurs de TOUS les fichiers soient corrects pour que l’image puisse être générée. Si tel n’est pas le cas, la solution est simple: redémarrez votre système Windows XP autant de fois que nécessaire jusqu’à ce que le problème soit intégralement corrigé.

*

DHCP - On est là dans un domaine assez technique, mais il faut savoir que c’est grâce à DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol) que votre système Windows XP est aussi simple à raccorder à un réseau et/ou à Internet. Lorsque vous vous connectez au réseau (local ou mondial), le serveur DHCP du réseau va vous fournir automatiquement une adresse IP valide. De son côté, votre système dispose d’un client DHCP qui va recevoir cette adresse et configurer Windows XP en conséquence. Et en deux minutes tout fonctionne. Pas mal, non?

*

Disquette de démarrage - C’est tout bête mais, avec Windows XR et contrairement à toutes les précédentes versions de Windows, rien n’est prévu pour générer simplement des disquettes de démarrage. C’est pourtant utile pour dépanner de temps en temps... Il existe cependant une procédure assez simple. Vous en trouverez le détail à l’adresse suivante:

http://support.microsoft.com/default.aspx?scid=KB;fr;305595#2 .

*

DLL - À la question récurrente « À quoi servent les fichiers DLL qui encombrent le disque dur ? », une seule réponse. Ils font marcher Windows XP et les programmes installés dessus. Ces DLL (Dynamic Link Library pour bibliothèque à lien dynamique) contiennent en général les fonctions qu’on appelle par les menus. Si vous les supprimez, vous empêchez purement et simplement le logiciel auquel elles appartiennent de fonctionner.

*

Documents partagés - Peut-être ne le saviez-vous pas, mais un dossier Documents partagés existe sur votre disque dur. À quoi sert-il ? Comme son nom l’indique à partager des documents avec d’autres utilisateurs de votre PC ou de votre réseau. Ce dossier, dans lequel ils peuvent lire et écrire des fichiers, est visible par tous les utilisateurs, locaux ou distants, depuis l’explorateur de leur PC. Ne le supprimez pas: tôt ou tard, il se révèle toujours très pratique.

*

Domaine - Si vous utilisez Windows XP dans le cadre de votre entreprise, il y a des chances pour que votre système appartienne à un domaine, c’est-à-dire un espace du réseau doté de règles de fonctionnement, d’un annuaire, de droits personnalisables et d’une stratégie de sécurité prédéfinie. Les domaines sont un peu l’équivalent des groupes de travail, mais ils sont beaucoup plus complexes à administrer.

*

DualBootIl existe un terme français — « double amorçage » — mais il n’y a que les vieux dictionnaires qui l’utilisent. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une fonction grâce à laquelle on peut choisir, au démarrage du PC, son système d’exploitation. Par exemple, vous avez un Windows XP flambant neuf mais aussi un ancien MS-Dos avec des programmes bien spécifiques. Avec le DualBoot, à l’allumage de la machine, un menu vous laisse choisir entre ces deux systèmes à partir duquel démarrer le PC. C’est par l’intermédiaire du fichier protégé boot.ini que tout cela se configure, manuellement. Nous y reviendrons très en détail dans un tout prochain numéro.

*

Dual View - Si la carte graphique de votre PC dispose de deux sorties vidéo, vous pouvez, grâce à la fonction DualView (alias « double affichage » en français), étendre l’affichage de Windows XP à un deuxième moniteur. Une fois DualView activé, il suffit de lancer l’identification du second moniteur dans les propriétés d’affichage, onglet Paramètres, de placer son image pour qu’elle reflète sa position physique réelle (à gauche, à droite, au-dessus du premier moniteur) et le tour est joué. Vous disposez alors d’un espace de bureau deux fois plus étendu. On n’a jamais rien fait de mieux pour travailler sur plusieurs documents en même temps.

*

Editions (familiale et professionnelle) - Quelles sont les différences entre les deux éditions de Windows XP ? Outre le prix, c’est le support du réseau. Windows XP édition familiale n’offre pas la large panoplie d’outils de réseau et de support professionnels de sa grande soeur. Pour une entreprise, cette différence est de taille.

*

Favori - On surfe sur un site, on l’apprécie, alors hop! on l’enregistre dans les favoris. Simple et pratique. Mais la gestion des favoris peut aller au-delà. D’abord, les favoris s’échangent entre utilisateurs. Ce ne sont après tout que des fichiers de raccourcis. Ensuite, si on est un accro du surf, on organise ses favoris en dossiers, sous-dossiers, etc. C’est plus facile à consulter et à appeler, surtout si on les renomme à son goût.

*

Favori réseau - Le principe des favoris réseau est le même que celui des favoris Web, il n’y a que leur création qui change. Un favori réseau, c’est par exemple un raccourci vers le dossier Ma Musique du PC de votre épouse. Pour le créer, accédez au dossier en question via l’explorateur, puis lorsqu’il apparaît, faites-le glisser avec le bouton droit vers l’icône Favoris réseau. Ainsi, la prochaine fois, vous n’aurez qu’à cliquer sur ce raccourci pour accéder au dossier, au lieu de parcourir de nouveau tout le réseau. Vous pourrez également y faire glisser des fichiers comme s’il s’agissait d’un dossier local.

*

Firewall - Ou « parefeu » en français. Fonction logicielle qui sécurise les communications entre votre système et l’extérieur. Cette sécurisation est elle-même paramétrable, jusqu’à des niveaux élevés, notamment grâce aux Options Internet du panneau de configuration. Attention toutefois, le « petit » firewall de Windows XP ne remplace pas un vrai firewall logiciel (comme Norton Internet Securjty ou Zone Alarm), ou mieux encore un firewall matériel personnel.

*

FireWire - La norme IEEE 1394 (introduite par Apple sous le nom FireWire et baptisée i-Link par Sony) allie deux avantages: rapidité et versatilité. Rapide, le FireWire l’est plus que le traditionnel USB y compris le récent USB 2.0. Versatile, car les appareils FireWire se connectent et se déconnectent sans redémarrer le PC, ce qui est appréciable. Conséquence de sa vitesse, on trouve surtout le FireWire sur les caméscopes numériques et les disques durs externes.

*

Gestion de l’ordinateur -  En cliquant droit sur l’icône Poste de travail et en choisissant Gérer, on accède à la console de Gestion de l’ordinateur, qui regroupe sous une interfaœ unique l’ensemble des dialogues de Propriétés que proposent le panneau de configuration et diverses autres fonctions de Windows XP. Quand on en a pris l’habitude, on ne peut plus s’en passer.

*

Gestionnaire de périphériques - Grâce à lui, Windows XP vous offre une vue complète et hiérarchisée sur votre configuration matérielle. C’est ici que vous détectez un conflit entre deux périphériques ou obtenez les détails concernant un pilote de périphérique afin de le mettre à jour. Cliquez sur l’icône Poste de travail, choisissez Propriétés puis cliquez sur l’onglet Matériel.

*

Gestionnaire des tâches - Avant, quand on cliquait sur [Ctrl] + [Alt] + [Suppr], on redémarrait purement et simplement l’ordinateur. Avec Windows XP, cette combinaison de touches fait apparaître le gestionnaire des tâches. On peut y terminer un programme qui ne répond plus sans perturber les autres, arrêter un service qui bloque tout ou partie du fonctionnement du système ou redémarrer Windows XP. Enfin, l’onglet Performances s’avère très utile pour surveiller en temps réel la vélocité du système et sa mémoire libre en fonction du lancement de tel ou tel logiciel.

*

Groupe de travail - Un groupe de travail, en langage Windows XP, c’est d’abord un ensemble de PC, réunis en un petit réseau local. CeIui-ci possède un nom que doivent connaître tous les postes du réseau. Plus simples à administrer que les domaines, qui sont des sous-réseaux d’entreprise, les groupes de travail autorisent néanmoins le partage des fichiers et des ressources matérielles telles des imprimantes ou des modems ADSL pour la connexion à Internet.

 

Historique - Dans l’historique d’Internet Explorer sont stockées toutes les adresses des sites que vous avez visités au cours des x dernières semaines. Avec la date, l’heure et l’adresse de toutes les pages vues. C’est très pratique pour retrouver un site, mais ça peut aussi être ennuyeux. Pour effacer cet historique, choisissez Outils >> Options Internet >> Effacer l’historique.

*

Icônes - Vous devez faire des copies d’écran (pour documenter votre site Web perso par exemple), mais votre bureau Windows XP est constellé d’icônes que vous ne voulez ni supprimer, ni réorganiser. Cliquez droit sur ledit bureau, choisissez « Réorganiser les icônes par » et décochez « Afficher les icônes du bureau ».

*

Imprimante logique - Quand on veut imprimer un document sous Windows XP on a le choix entre les icônes représentant toutes les imprimantes connectées à l’ordinateur. Mais ces icônes représentent aussi, pour des raisons pratiques, des imprimantes logiques, c’est-à-dire des programmes qui n’impriment pas mais qui traitent le document comme s’il s’agissait d’un élément papier. C’est le cas notamment de la télécopie de Windows XP ou des nombreux programmes de conversion des documents en fichiers Acrobat. On choisit ces imprimantes logiques, et dans un cas le fax est envoyé, dans l’autre le document converti est écrit sur le disque dur.

*

Impression d’écran - Rien de plus pratique pour faire des copies d’écran que le bouton [lmpr Ecr]. Appuyez dessus et une image de tout votre écran est placée dans le presse-papier. Vous n’avez plus qu’à la coller dans Paint, par exemple, pour la retoucher ou l’enregistrer sur votre disque dur comme une photo classique. Un petit truc: pour ne photographier que le contenu de la fenêtre en cours, appuyez sur [Alt] en même temps que [lmpr Ecr].

*

Informations système - En cas de doute sur un conflit de périphériques, en cas de question technique si vous êtes au téléphone avec un technicien de SAV suite à une panne quelconque, un seul réflexe: lancer l’utilitaire d’information système (démarrer >> exécuter >> « msinfo32 »), qui vous offre la vue la plus détaillée possible sur votre configuration Windows XP.

*

Langue du clavier - Indépendamment de la disposition de ses touches, votre clavier se configure pour différentes langues. Ainsi, lorsque vous réglez le clavier pour qu’il tape « à l’anglaise », vous obtenez un « q » en pressant [A], un « w » en pressant [Z], etc. L’inverse est vrai aussi : on peut taper en français avec un clavier anglais. Pour tout simplifier, à partir du moment où plusieurs langues sont paramétrées, Windows XP propose une liste déroulante sur la barre des tâches : on choisit ainsi instantanément la langue de clavier à utiliser.

*

Loupe - Quand on fait des travaux de précision, comme la retouche d’images, on remercie M. Microsoft d’avoir pensé à placer une loupe d’écran à porté de souris. Dans Tous les programmes >> Accessoires >> Accessibilité, l’outil Loupe grossit fortement la zone placée sous le pointeur. Plusieurs options sont disponibles (dont le coefficient de grossissement) qui font de ce petit accessoire un compagnon rapidement indispensable.

*

Lancement rapide - La barre des tâches de Windows XP dispose d’une zone dite de « lancement rapide ». Très pratique, elle regroupe les icônes de raccourcis des programmes que l’on utilise le plus souvent. Cela évite de parcourir les arcanes de menus en cascade et on les a toujours sous la main. Vérifiez que cette zone est bien disponible sur votre système en cochant « Afficher la zone de lancement rapide » dans le dialogue des propriétés de la barre des tâches.

*

Mal aux yeux - Si vous ressentez une fatigue oculaire importante en utilisant votre PC sous Windows XP, peut-être n’est-ce qu’une question de réglage. Dans les propriétés d’affichage, cliquez sur Paramètres >> Avancé >> Écran. Là, vérifiez sur la liste idoine que la « fréquence d’actualisation du moniteur », exprimée en hertz (soit x fois par seconde) est supérieure à 75. Si ce n’est pas le cas, votre écran n’est pas rafraîchi assez rapidement, ce qui fatigue votre vision et rend l’image imprécise. Choisissez la valeur maximale proposée, vous apprécierez la différence.

*

Mémoire virtuelle - Lorsque des programmes sont ouverts en même temps, la somme des documents qu’ils manipulent dépasse souvent la capacité mémoire du PC. C’est pourquoi Windows XP gère de la mémoire virtuelle : un espace sur le disque dur où sont stockées les données les moins fréquemment utilisées. Lorsqu’elles sont sollicitées par le programme dont elles émanent, Windows XP les recharge depuis le disque dur. Il leur fait de la place en mémoire vive en écrivant sur le disque dur des données non utilisées. Windows XP gère un fichier de mémoire virtuelle dont la taille est supérieure à la mémoire physiquement présente sur l’ordinateur, et c’est très bien comme ça.

*

Mes documents - Le dossier Mes documents et ses sous-dossiers (Ma musique, Mes vidéos...) a été conçu pour faciliter le stockage des fichiers personnels. L’avantage, quand on l’utilise intelligemment, c’est qu’on peut sauvegarder tous ses fichiers en ne sauvegardant que ce dossier, ce qui rend       l’opération plus simple et plus sûre. Mais pour bien comprendre son fonctionnement, il faut savoir que si le dossier Mes documents apparaît dans l’explorateur en dessous du bureau, il s’agit uniquement d’un raccourci. Le vrai dossier est stocké sur le disque dur dans C:Documents and settings (votre nom)Mes documents, un dossier que vous trouverez dans l’explorateur sous l’icône Poste de travail. C’est dans cette arborescence que se trouvent également les fichiers personnels des autres utilisateurs de votre PC.

*

Mes documents récents - Vous en avez assez de voir s’afficher dans le menu démarrer la liste des documents récemment ouverts ? Cliquez droit sur le menu démarrer, puis choisissez Propriétés

>> Personnaliser >> Avancé puis décochez la case « Afficher les documents ouverts récemment ».

*

Messenger - Messenger est le petit programme de messagerie instantanée livré avec Windows XP. Pour l’utiliser, vous avez besoin d’une identité numérique (un « Passeport » en langage Microsoft) et d’un compte MSN, tous deux disponibles gratuitement en suivant les instructions lors de la première utilisation de Messenger. Attention, Messenger n’est en l’état pas compatible avec l’utilitaire de messagerie instantanée d’AOL ni avec d’autres systèmes de messagerie instantanée pourtant créés depuis longtemps.

*

Mobilité réduite - Pour faciliter le quotidien des personnes à mobilité réduite, Windows XP gère une large variété de périphériques appartenant à deux familles distinctes : les périphériques à commande par le souffle, et les périphériques à commutation unique. Les premiers offrent une alternative à l’utilisation  de la souris en dirigeant le pointeur grâce au souffle d’air dans un tube. Les seconds interagissent avec le système sans les mains, à l’aide de légers mouvements du corps.

*

Mon image - Quand Windows XP a créé votre compte d’utilisateur, il lui a affecté une image visuelle, qui s’affiche à côté de votre nom en haut du menu démarrer. Chien, guitare, étoile des neiges, il y a fort à parier que cette image ne vous correspond pas. Pour en changer, lancez le panneau de configuration puis le dialogue des comptes d’utilisateur, choisissez le compte à modifier et cliquez sur « Modifier mon image ». Là, d’autres images vous sont proposées, mais rien ne vous empêche d’en choisir une tout à fait personnelle en cliquant sur « Rechercher d’autres Images » (sous-entendu sur votre disque dur...).

*

Movie Maker - Windows XP est livré avec Movie Maker, un petit logiciel de montage vidéo, l’équivalent de Paint pour le dessin ou du magnétophone pour l’audio. L’intention est louable, mais Movie Maker n’offre que de piètres fonctionnalités. Heureusement, Movie Maker 2, disponible depuis peu en téléchargement gratuit depuis www.microsoft.fr , fait beaucoup mieux, mieux même que certains logiciels du commerce. Si vous aimez la vidéo, il vous le faut absolument. Attention, le téléchargement pèse tout de même 12 Mo.

*

Nettoyage de disque - Exécuté fréquemment, l’outil « Nettoyage de disque » élimine sans risque des tas de fichiers devenus inutiles ou obsolètes. Son fonctionnement est certes simple et pratique, mais quelquefois, sur les disques durs formatés en NTFS, il provoque un blocage du système. Pour corriger ce bug il faut supprimer purement et simplement la clé de registre : HKEY_LOCAL_ MACHINESOFIWAREMicrosoft WindowsCurrentVersionExplorerVolumeCachesCompress old files.

*

Noyau - Windows XP ne vous parle que très rarement de son noyau (appelé également « kernel »), sauf lorsqu’il plante. C’est tout simplement le coeur de Windows XP, la fondation sur laquelle sont construites toutes les couches du système. Le noyau effectue les quelques opérations de base de Windows XP et synchronise les interactions entre tous ses composants. Autrement dit, si un plantage survient au niveau du noyau, c’est grave, et il vaut mieux redémarrer la machine immédiatement !

*

NTFS - Acronyme de New Technology File System, NTFS est un système de fichiers inauguré avec Windows NT, l’ancêtre de Windows XP. Il n’offre pratiquement que des avantages : plus sûr, il est aussi plus rapide et plus finement paramétrable. Seul hic : lorsqu’un fichier a un problème, les outils pour corriger ce problème sont nettement plus complexes à manipuler. Si votre disque dur utilise le système de fichier Fat32, vous pouvez convertir vos données en NTFS une fois pour toutes et sans risque. Pour en savoir plus, lancez une fenêtre d’invite de commandes puis saisissez « HELP CONVERT ».

 

Menu démarrer - Le menu démarrer de Windows innove sur bien des points, ce qui irrite pas mal d’utilisateurs habitués à leur ancien Windows. Heureusement, il se paramètre d’un clic droit sur la barre des tâches. Dans l’onglet Menu démarrer, un seul clic revient au menu démarrer classique. Si vous cliquez sur Personnaliser, vous adaptez finement toutes les options qu’il propose.

*

Pilote de périphérique - On appelle ainsi les programmes qu’utilise Windows XP pour dialoguer avec un appareil électronique externe ou interne. Sans pilote, une imprimante, un modem ou un appareil photo numérique ne seraient pas reconnus par le système. Et les programmes ne pourraient pas les utiliser pour imprimer, communiquer avec le Web ou rapatrier les clichés. Une règle d’or : chaque fois que vous installez un nouveau périphérique sur votre système, allez sur le site du fabricant pour télécharger les derniers pilotes disponibles, généralement plus récents que ceux livrés avec l’appareil à la date de sa fabrication.

*

Observateur d’événements - Lancez-le (Tous les programmes >> Accessoires >> Outils d’administration) et vous voilà muni d’un microscope pour l’examen attentif de tout ce qui se passe et s’est passé récemment dans votre Windows XP notamment en matière de sécurité. Cliquez droit sur chaque notification, choisissez Propriétés et une explication (souvent) claire en français vous attend. Un outil à ne jamais oublier pour comprendre pourquoi ça dé... bloque.

*

Options des dossiers - Le dialogue Options des dossiers du panneau de configuration propose un onglet « Affichage » où se trouve un bouton Appliquer à tous les dossiers. Celui-ci force l’affichage des dossiers suivant le modèle du dossier en cours. Si vous souhaitez uniformiser le listage de vos dossiers, par exemple toujours en « Détails », cette option vous fera gagner un temps fou. Ensuite, si vous changez l’affichage d’un dossier de photos en miniatures, par exemple, celui-ci conservera malgré tout son affichage en miniatures la prochaine fois que vous l’ouvrirez. Intelligent, non?

*

Ouverture de session - Lors du démarrage, une session est ouverte. Quand vous avez terminé, pour laisser le PC à votre petit neveu, il suffit de fermer votre session (icône jaune représentant une clé en bas du menu démarrer). Le garnement devra lancer sa propre session, avec son compte et son éventuel mot de passe personnel. Cela évite les redémarrages trop fréquents et inutiles du système, mais aussi les catastrophes de type effacement de données et de configuration.

*

Partition - Là, c’est un peu compliqué, alors soyons didactique. Un disque dur est obligatoirement composé d’une ou plusieurs partitions (des « parties du tout »). S’il n’en a qu’une, elle occupe tout l’espace. S’il y en a plusieurs, cet espace se répartit comme on veut (50/50 ou 98/2, par exemple). Une partition est vue par Windows XP comme un disque logique. Ainsi, si vous disposez de deux partitions sur un seul disque dur, la première s’appelle C: et la seconde D:. Vous stockez le système sur C: tandis que vos fichiers musicaux, par exemple, sont sur D:. Les partitions possèdent plusieurs caractéristiques.

Partition active: c’est celle à partir de laquelle l’ordinateur fonctionne à un instant T.

Partition d’amorçage: c’est celle à partir de laquelle un PC démarre, qui contient Windows XP et ses fichiers de démarrage, par exemple.

Partition étendue: elle autorise la création de lecteurs logiques (F:,G:, H:...) pour y stocker des données. Partition de réseau: elle se trouve sur le réseau, c’est-à-dire sur une autre machine.

Partition système: c’est elle qui contient les fichiers et pilotes nécessaires au bon fonctionnement de Windows XP et des ressources matérielles du PC. La partition système peut être la même que la partition d’amorçage.

*

PIF - Rien de canin là-dedans: les Program Information Files contiennent des informations pour que Windows XP exécute de façon optimale d’anciens programmes conçus pour MS-Dos. Lorsque l’on déclenche l’exécution d’un tel programme, Windows XP recherche d’abord l’existence d’un fichier de même nom mais avec l’extension PIF. S’il le trouve, les paramètres qu’il contient sont pris en charge afin d’améliorer l’exécution du programme proprement dit.

*

Pixel - Contraction de l’anglais « picture element », soit « élément d’images ». Il représente la plus petite unité graphique, c’est-à-dire un point physique sur l’écran. Ce point correspond lui-même à une coordonnée XY dans la matrice de résolution. En affichage 800 x 600, chacune des 600 lignes qui composent l’image verticalement contient 800 pixels les uns à côté des autres. Sous Windows XP, les outils de dessin sont précis au pixel prés.

*

Plug and play - Il n’y a pas d’équivalent en français à cette victoire de l’homme sur le PC. Jadis, installer un périphérique était une galère: il fallait tout paramétrer à la main et seuls les experts y parvenaient sans trop de douleurs. Aujourd’hui, on connecte (« p!ug » en anglais) son périphérique et quelques secondes après on peut l’utiliser (« pIay »), sans prise de tête, sans lecture du manuel et sans appel au SAV du magasin, du fabricant, de Microsoft, etc.

*

Pointeur - Il n’est écrit nulle part que le pointeur de votre souris doive ressembler à une flèche. Depuis le panneau de configuration, dans l’option Souris >> Pointeurs, Windows XP vous en propose un large assortiment, tous plus ludiques les uns que les autres, en gris ou en couleurs. Dites « Non » à l’uniformisation: changez !

*

Police - Une police est un ensemble de caractères: des chiffres, des lettres et des signes de ponctuation. Windows XP est livré avec nombre de polices, plus ou moins courantes, comme Times New Roman, Arial ou Courrier New. Ces polices sont conçues pour s’afficher, s’imprimer et changer de taille. D’autres polices sont propres à certains périphériques, notamment les imprimantes, mais cette singularité a tendance à disparaître. Les deux types principaux de polices sous Windows XP sont les polices TrueType (elles sont reproduites exactement comme elles apparaissent à l’écran), et les polices OpenType (comme TrueType mais affichées et imprimées plus lisses). Les autres types de polices (PostScript, raster, téléchargeables...) sont de moins en moins utilisés.

*

Pourriel - Le mot est drôle, alors gardons-le, même si tout le monde utilise l’équivalent anglais «spam» pour désigner ces mails commerciaux indésirables qui polluent de plus en plus nos boîtes à lettres électroniques. Pour vous débarrasser des plus fréquents, avez-vous essayé les règles de message d’Outlook Express ?

*

Ping - Rien à voir avec pong. La commande « ping », lancée depuis l’invite de commande et suivie d’une adresse IP, vérifie la présence d’une machine à cette adresse. Autrement dit, en envoyant un ping, on s’assure que le système est bien reconnu par le réseau et qu’il communique avec les autres stations. Cela vaut pour les petits réseaux domestiques ou ludiques, tout autant que pour les postes autonomes reliés à Internet via un routeur personnel avec ou sans fil. À l’heure où les petits équipements de réseau se démocratisent, cette commande basique devient indispensable.

*

Profil matériel - Si vous utilisez votre PC ou votre portable dans des conditions qui varient d’un endroit à un autre (avec ou sans imprimante, avec ou sans réseau, avec ou sans raccordement électrique, etc.), utilisez les profils matériels (dans l’onglet Matériel des Propriétés Système). Ils vous font basculer d’une configuration avec tel ou tel périphérique à une autre sans devoir tout reparamétrer. Un vrai bonheur quand on en a besoin.

*

Programmes - Si vous appréciez le menu démarrer, vous voudrez sans doute qu’il vous propose plus de programmes en lancement direct. Pour cela, cliquez doit sur le menu ouvert (à un endroit vierge de liens) puis choisissez Propriétés >> Personnaliser. Dans l’onglet Général, préférez les petites aux grandes icônes, puis, en dessous, fixez le nombre de programmes à afficher en fonction de la résolution de votre écran.

*

Raccourci - Un raccourci, c’est le moyen, via une icône ou un lien hypertexte, de lancer l’exécution d’un programme ou le chargement d’un document dans le logiciel qui a servi à le créer. Les raccourcis « pointent » vers ces programmes ou fichiers, mais ne les représentent pas. Pour créer un raccourci, on emmène un programme ou un document avec le bouton droit de la souris quelque part sur le bureau et l’on choisit « Créer un raccourci ici ». Fastoche. Si l’on supprime un raccourci, on ne supprime pas le programme. Sachez encore qu’un raccourci peut pointer sur un autre raccourci, et ainsi de suite, mais alors, c’est le principe même de « raccourci » qui est remis en question.

*

Résolution de l’écran - La résolution correspond au rapport entre la largeur et la hauteur de l’écran en pixels. Un écran d’une taille donnée saura utiliser une basse résolution (par exemple 800 x 600 pixels) — ce qui montre les icônes en grand —, ou une haute résolution (par exemple 1600 x 1200 pixels) — ce qui rétrécit les icônes mais permet d’en afficher plus. Cliquez droit sur le bureau, choisissez Propriétés >> Paramètres et essayez celle qui vous convient le mieux.

*

Rapports d’erreur - De temps en temps, quand un plantage se produit (de Windows ou d’un logiciel), une petite fenêtre vous propose d’envoyer un rapport d’erreur à Microsoft. Faites-le. D’une part, aucune info personnelle n’y est incluse, donc vous ne risquez rien. Mais surtout il y a de grandes chances pour qu’une solution à votre plantage existe. Auquel cas, elle vous sera communiquée dans la seconde qui suit afin que ça ne se reproduise plus.

*

Real - Le format «  Real »  (audio et vidéo) est celui qu’utilisent les boutiques en ligne de type Fnac ou Virgin pour vous faire écouter des extraits de CD ou vous montrer des morceaux de DVD. Afin d’en profiter, il vous faut le lecteur adéquat, disponible à l’adresse sur http://fr.real.com.

*

Registre - Le registre contient à peu près tous les paramètres de Windows XP, et croyez-nous, il y en a un bon paquet. Ces paramètres sont enregistrés de façon hiérarchisée sous la forme de clés qui forment autant de noeuds d’arborescence. Le registre, Windows XP s’y réfère en permanence. C’est donc à son niveau que les modifications apportées au système sont les plus efficaces. On utilise un outil spécial baptisé « éditeur de registre » (Démarrer >> Exécuter puis saisir « regedit »). Mais attention, une modification inopportune du registre et c’est tout Windows XP qui est corrompu...

*

Restauration du système - Vous avez planté ? Vous avez installé un logiciel ou un pilote qui « fiche le bazar » (pour être poli) dans votre Windows XP ? Allez dans Tous les programmes >> Accessoires >> Outils système, lancez Restauration du système, choisissez un jour passé dans le calendrier qui vous est proposé et remontez le temps. Trop fort !

*

Sauvegardes - Les pannes informatiques étant fréquentes, il faut impérativement sauvegarder vos données. Que vous utilisiez l’outil fourni avec Windows XP (Tous les programmes >> Accessoires >> Outils Système >> Gestion des sauvegardes) ou un autre logiciel du commerce, pour sauvegarder intelligemment, il vous faut connaître les différentes options qui s’offrent à vous.

Sauvegarde normale: tous les fichiers sélectionnés sont sauvegardés et marqués comme l’ayant été. Sauvegarde de copie: tous les fichiers sélectionnés sont sauvegardés, mais ne sont pas marqués comme l’ayant été.

Sauvegarde différentielle: tous les fichiers créés ou modifiés depuis la dernière sauvegarde sont sauvegardés mais ne sont pas marqués comme l’ayant été.

Sauvegarde incrémentielle: tous les fichiers créés ou modifiés depuis la dernière sauvegarde sont sauvegardés et marqués comme l’ayant été.

Sauvegarde régulière: tous les fichiers créés ou modifiés depuis la date de la précédente sauvegarde régulière sont copiés.

*

Serveur de temps - Pour être toujours à l’heure, Windows profite de vos connexions à Internet pour se synchroniser sur des serveurs de temps universels, généralement des horloges atomiques. Faites confiance à Windows XP pour régler les montres et autres coucous de la maison.

*

Service - Les services s’exécutent en arrière-plan dans Windows XP. Ils accordent certaines fonctions à tous les programmes. Par exemple, le service Audio Windows pilote le son du système (volume, balance, microphone, etc.). Certains services découlent de logiciels indépendants de Windows XP. Dans un cas comme dans l’autre, ces services, s’ils sont corrompus, peuvent être suspendus ou réglés via un utilitaire dédié (Tous les programmes >> Accessoires >> Outils d’administration >> Services).

*

Profil d’utilisateur - On appelle ainsi le fichier qui contient toutes les préférences de chaque utilisateur d’un PC sous Windows XP. Parmi ces préférences, il y a les raccourcis de bureau, les connexions réseau, les paramètres des logiciels, etc. Ces profils d’utilisateurs se chargent aussi à distance. Par exemple, un étudiant devant un PC dans une bibliothèque publique retrouve son environnement de travail personnel en quelques clics. Il est beaucoup plus efficace que s’il devait se contenter d’un environnement de travail générique.

*

Signature - Pour des raisons de sécurité et de compatibilité, la signature est utilisée par les éditeurs et les constructeurs pour identifier les logiciels et pilotes de périphériques. Cette signature indique que le pilote a été testé et vérifié avec Windows XP. Un gage de confiance, donc.

*

Spyware - Alors là, notre bonne Académie française n’a encore rien trouvé d’équivalent comme néologisme finissant par « iel » (les Québécois si: espiogiciel... euh... d’accord, on oublie). Un spyware, donc, est un petit programme vicieux qui vous espionne et rapporte vos habitudes d’utilisation (surtout sur le Web) à des personnes peu scrupuleuses voire malintentionnées. Pour vous en débarrasser, il existe un logiciel remarquable et gratuit: Ad-aware. Il est disponible à l’adresse www.lavasoftusa.com/french/ , et mettez-le souvent à jour, comme votre antivirus.

*

Style classique - Vous n’aimez pas les couleurs, les boutons et les icônes de Windows XP ? Revenez au style classique, celui de Windows 2000, 98 ou Millenium, en lançant les propriétés d’affichage du panneau de configuration, onglet Apparence, puis en choisissant « Style Windows classique » dans la liste « Fenêtres et boutons ».

*

Support - Pour vous laisser diagnostiquer, voire réparer le système, Windows XP est livré avec des outils dits ‘de support» sur le CD d’origine. Efficaces, ces outils sont par contre dotés d’une interface parfois rudimentaire, toujours en anglais. Pour les installer, double-cliquez sur le programme setup.exe situé dans le dossier SUPP0RP~T00LS de votre CD. Mais attention, certains de ces outils sont redoutables et peuvent semer une belle zizanie s’ils ne sont pas parfaitement maîtrisés.

*

Table des caractères - C’est grâce à ce petit programme en forme de clavier virtuel que l’on saisit des caractères normalement inatteignables au clavier classique. En général, l’outil est curieusement installé dans Accessoires >> Outils système. Si vous ne le trouvez pas, choisissez Démarrer >> Exécuter et saisissez « charmap ».

*

Télécopie - Pas la peine d’acheter un logiciel de télécopie pour Windows XP, car le système dispose de son propre fax. Émission, réception, pages de garde, tout y est et fonctionne plutôt bien. Attention le haut débit (câble ou ADSL) est incompatible avec la fonction télécopie. Ne jetez pas votre vieux modem : un fax n’a besoin que d’un débit de 14,4 kbits/s. Pour en savoir plus, jetez un coup d’oeil à la console de télécopie (Tous les programmes >> Accessoires >> Communication >> Télécopier).

*

Teleir - Si vous inspectez régulièrement votre système Windows XP, vous avez peut-être remarqué la présence d’un dossier nommé «teleir», directement sous la racine C:. Bien qu’il n’ait rien à voir avec Windows XP, nous vous conseillons respectueusement de ne pas le détruire. Il contient le certificat numérique de votre dernière déclaration d’impôts par Internet (en France) !

*

Thème - On appelle ainsi un ensemble d’éléments qui changent le look de Windows XP. Nouvelles couleurs, nouveaux menus, nouveaux papiers peints, nouveaux sons... tout y est. La quantité de thèmes disponibles gratuitement sur Internet est impressionnante. Servez-vous, c’est amusant et sans danger pour le système.

*

USB - L’Universal Serial Bus est l’interface de connexion la plus répandue aujourd’hui : presque tous les périphériques en sont équipés, et Windows XP gère parfaitement son côté plug and play. Mais attention : l’USB classique, dit USB 1.1, est aujourd’hui remplacé par l’USB 2.0, environ 50 fois plus rapide.

*

Utilisateurs - Windows XP reconnaît plusieurs utilisateurs pour une même machine. Outre le propriétaire du PC qui sera sans doute son utilisateur principal, on recense des utilisateurs administrateurs

(qui interviennent sur le système pour le configurer), des utilisateurs locaux ou distants (c’est-à-dire utilisant le contenu du PC depuis un autre PC en réseau), des utilisateurs invités (c’est-à-dire occasionnels, pour lesquels aucun profil n’a besoin d’être créé), ou encore les utilisateurs dits limités, non qu’ils fassent preuve de carence neuronale, mais parce que leurs droits sur le système se limitent à l’utilisation et ne s’étendent donc pas à la configuration.

*

Veille - En fonction des options d’alimentation du système (auxquelles on accède depuis le panneau de configuration), le PC se met en veille au-delà d’un certain temps d’utilisation, pour éviter le gaspillage d’énergie. Si une coupure d’alimentation survient pendant la veille, les informations non enregistrées sont perdues.

*

Veille Prolongée - Appelée aussi hibernation, la veille prolongée décharge sur le disque dur tout ce qui réside en mémoire vive (c’est-à-dire les programmes en train de s’exécuter ET les fichiers ouverts dans ces programmes), puis éteint le PC. Lorsqu’on rallume la machine, Windows XP ne redémarre pas réellement : il    ne fait que recharger ce qui était précédemment dans sa mémoire vive. En quelques instants, les programmes réapparaissent, avec les fichiers qu’ils avaient ouverts, et l’on se remet à travailler beaucoup plus rapidement. C’est comme si le PC n’avait jamais été éteint. Attention, pour activer la veille prolongée, il faut que le disque dur dispose d’un espace libre au moins équivalent à la taille de la mémoire vive.

*

Virus - Chacun a entendu parler des virus, ces petits programmes qui se répliquent dans vos fichiers et finissent par détruire tout ou partie de vos données et de votre système. Sachez simplement qu’il en sort de nouveaux plus virulents tous les jours. Autrement dit, c’est folie que d’utiliser Windows XP sans un antivirus mis à jour au moins une fois par semaine. On vous aura prévenu !

*

Windows Update - Microsoft produit très régulièrement des correctifs et des mises à jour pour ses produits. Ces « rustines » sont généralement utiles, le plus souvent gratuites, mais encore faut-il savoir qu’elles existent et que vous en avez besoin. C’est la vocation de l’outil Windows Update, qui vous, d’un double-clic, emmène sur le site de Microsoft pour télécharger et installer dans la foulée toutes les mises à jour nécessaires à votre système. Le tout gratuitement. Et croyez- nous si vous voulez, ça marche !

*

WMA / WMV - Windows Media Audio, Windows Media Video : ces deux formats de fichiers ont été conçus par Microsoft dans le but de concurrencer le MP3 (pour la musique) et le MPeg4 (pour la vidéo). Parfaitement compatibles avec le Lecteur Windows Media 9, ils en constituent les formats de fichiers par défaut. Pourquoi pas, vu qu’à niveau de compression égal, la qualité restituée est au moins aussi bonne?

*

 

Par emjee pour @minfor-Virtuel

30/10/2003


11:51 Écrit par clubinfo | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

24/10/2003

Mozilla Thunderbird

Mozilla Thunderbird
Le logiciel de messagerie issu de la suite Mozilla.

Mozilla n'est plus. Où plutôt, Mozilla est désormais deux ! La suite intégrée a donné naissance à deux programmes indépendants. D'un côté le navigateur (Mozilla Firebird) et de l'autre le logiciel de messagerie (Mozilla Thunderbird). Mozilla Thunderbird reprend ainsi tout ce qui a fait le succès du module de messagerie de Mozilla (et, en remontant plus loin, celui de Netscape).

 

Les plus et les moins

+
Points positifs

·         Gratuit, en français, logiciel libre

·         Interface simple et agréable

·         De nombreuses fonctionnalités

- Points négatifs

  • Un peu lent au démarrage, lourd

L'avis d'Arobase.org

Plus le temps passe, plus le projet Mozilla tient ses promesses. La naissance de Mozilla Thunderbird ouvre de nouvelles perspectives aux logiciels de messagerie électronique. Prometteur !

L'avis des lecteurs d'Arobase.org

Bob : Effectivement, Thunderbird risque bien de devenir LE client gratuit de messagerie pour tous ! Encore lourd au lancement et manquant de réactivité sur certaines actions de souris, il ne permet pas encore non plus la réception simultanée sur tous les comptes. Vu son jeune âge, on n'est pas inquiet, dans quelques mois ce sera un must ! C'est ça, le logiciel libre ... [11/10/2003]

Régis : Après le téléchargement de le version 0.2, quelle belle surprise de découvrir le logiciel : très belle interface personnalisable à souhait, des options qui tiennent la route, un vérificateur d'orthographe en français de qualité, très rare pour être signalé. Mais par la suite, grosse déception : l'envoi de message HTLM et TXT est catastrophique (bugs sur les retours à la ligne automatique), logiciel lourd !, nid à virus (travaillant moi-même dans ce secteur de l'informatique, j'ai rarement vu une telle passoire !), failles de sécurité invraisemblables : Exploit I Frame, ... (testés entre autre sur le site de GFSFrance) Bref, si l'interface est réussie, le logiciel est navrant. On a souvent tendance, surtout en cette période à critiquer les logiciels Microsoft et mettre en avant leurs failles de sécurité. Mais l'Open source est pire, pour avoir testé de nombreux clients de messagerie, les plus sûrs sont Outlook Express 6 SP1 et Outlook 2000 (SP2) et XP (SP1). Ca n'engage que moi, j'ai été moi même très surpris du résultat des tests. [11/10/2003]

SeeSchloss : Après être passé par Outlook Express, puis Outlook, puis Eudora et enfin Foxmail je désespérais de trouver un client mail qui me plaisait et j'avais fini par me faire mon webmail PHP rudimentaire (mais qui au moins faisait ce que je voulais :-P) et j'ai trouvé ThunderBird. Il ne contient pas d'espion, peut aussi servir de client news et intègre toutes les fonctions d'Outlook (et d'autres fonctions bien sûr). De plus il est développé activement et est open-source. Il gère les protocoles SMTP/POP3/IMAP, et SSL (connection sécurisée). [01/10/2003]

Patrick : En scindant sa suite, et en tenant compte du fait que beaucoup d'utilisateurs n'ont pas vocation à devenir des informaticiens de pointe, je crois que Mozilla tient le bon bout : prise en main aisée, fiabilité, environnement modulable... vous n'avez plus aucune excuse pour conserver l'espiogiciel de chez M... ;-) [29/09/2003]

Olivier : Ce petit frère de la famille Mozilla est déjà très complet malgré son jeune âge (quelques mois, version 0.2) et possède une interface très agréable, une équipe traduit régulièrement les dernières versions en Français. Il a encore quelques défaut de jeunesse (un peu lourd), mais il progresse à une vitesse impressionante. [13/09/2003]

 

Source : http://www.arobase.org/softs/thunderbird.htm

     

Ø      Retour à la liste des @stuces




10:56 Écrit par clubinfo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |